La mission InSight a passé un cap symbolique sur Mars : son 1 000e jour de mission. Quelles sont les réalisations de cet atterrisseur, envoyé sur la planète rouge pour mieux en comprendre la structure interne ?

C’est un seuil symbolique : le 18 septembre 2021, la Nasa a annoncé que la mission InSight en était à son 1 000e sol (le nom donné au jour sur Mars). L’atterrisseur s’était posé le 26 novembre 2018 dans Elysium Planitia, une plaine proche de l’équateur de Mars. Depuis, il «  a ressenti des centaines de tremblements, collecté les données météorologiques les plus complètes à ce jour et étudié l’intérieur profond de Mars », rappelle le Jet Propulsion Laboratory sur Twitter, ajoutant que « de futures découvertes » pourraient être à venir, dans le cadre de la mission d’InSight.

Cette précision est encourageante, car la mission a connu de nombreuses difficultés. En raison de la poussière qui s’est progressivement agglutinée sur les panneaux solaires de l’engin, la situation énergétique est sensible. Néanmoins, les équipes ne travaillent pas avec l’hypothèse d’une fin de mission prochaine : tant que la mission fonctionne, les activités scientifiques d’InSight sur Mars continuent. Avec cet atterrisseur, l’objectif principal est de comprendre la structure interne de Mars — ce qui doit permettre de cerner plus largement comment se sont formées les planètes rocheuses.

Quelles sont les principales réalisations d’InSight que l’on peut retenir, en 1 000 sols sur Mars ?

Plus de 700 tremblements de Mars détectés

Après son arrivée sur Mars, la mission a pu enregistrer son tout premier séisme, en avril 2019. Depuis cette première fois, l’atterrisseur a eu beaucoup d’occasions de renouveler l’expérience. En juillet 2021, les scientifiques ont dénombré un total de 733 tremblements de Mars détectés par InSight. Les données d’une trentaine d’entre eux ont révélé que Mars est « chaude et gluante » à l’intérieur, même si elle est froide à l’extérieur. La détection de ces séismes est importante pour fournir des indices sur la composition de la croûte, du manteau et du noyau de Mars.

Structure interne de Mars, vue d’artiste, représentée grâce aux données collectées par InSight. // Source : © IPGP/David Ducros

Le premier « son » des vents martiens

L’atterrisseur a également pu « entendre » son tout premier tremblement venant des entrailles de Mars (justement lors du séisme détecté en avril 2019). Deux capteurs d’InSight (un capteur de pression atmosphérique et un sismomètre) ont permis de capturer un grondement sourd. Néanmoins, il ne s’agit pas de véritables sons, comme ceux que pourrait transmettre un microphone, car InSight n’en possède pas.

InSight a capturé des infrasons, c’est-à-dire des vibrations de nature semblable au son, mais dont la fréquence est trop faible pour être entendue par l’oreille humaine. Ces enregistrements ont donc été modifiés pour devenir perceptibles. C’est en cela qu’ils sont différents des bruits captés plus récemment par le rover Perseverance, qui dispose de microphones.

Des bulletins météorologiques quotidiens

InSight n’a pas seulement embarqué un sismomètre à son bord : l’atterrisseur est aussi équipé d’une station météorologique, qui permet d’obtenir des bulletins quotidiens. Ainsi, grâce à InSight, les scientifiques ont disposé d’informations régulières sur la température, le vent et la pression atmosphérique de la zone où s’est posé InSight sur Mars. Seule ombre au tableau : les mesures météorologiques sont actuellement suspendues, avec un dernier rapport publié à la date du 25 octobre 2020.

Deux petits compagnons : les CubeSats

L’envoi d’InSight dans l’espace a aussi été l’occasion de mener une autre expérience, d’ordre technologique, baptisée MarCO (pour « Mars Cube One ») : deux mini-vaisseaux compagnons, des CubeSats (un type de nano-satellite). Ces engins ont suivi leur propre trajectoire en survolant Mars derrière InSight, de façon à servir de relais de communication. Ils avaient été surnommés EVE et WALL-E, en référence au film d’animation de Pixar.

Ainsi, les CubeSats ont renvoyé des données sur les différentes étapes de la descente d’InSight vers Mars, quasiment en temps réel. Le contact avec WALL-E et EVE a été perdu respectivement en décembre 2018, puis en janvier 2019. Les deux appareils ont probablement continué à suivre leur orbite autour du Soleil en s’éloignant de plus en plus. L’expérience MarCO a en tout cas été considérée comme une réussite. Grâce à InSight, des CubeSats ont pu être testés pour la première fois dans l’espace — auparavant, ils n’avaient été utilisés qu’en orbite autour de la Terre.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo