La Nasa a tenté une manœuvre risquée pour que la mission InSight réussisse enfin à creuser dans le sol martien. La stratégie semble fonctionner.

La manœuvre mise au point par la Nasa semble fonctionner pour permettre à InSight de creuser à nouveau sur Mars. L’Agence spatiale américaine a annoncé sur Twitter le 13 mars 2020 que la « nouvelle approche consistant à utiliser le bras robotique pour pousser la taupe semble fonctionner », a repéré Universe Today.

La situation est compliquée pour la mission InSight depuis de longs mois : le module qui se trouve sur la planète rouge a des difficultés à enfoncer son thermomètre dans le sol. La Nasa a finalement décidé d’entreprendre une manœuvre périlleuse à la fin du mois de février.

Ce tweet semble suggérer que la solution envisagée n’est pas miraculeuse, mais qu’elle est au moins encourageante. Le stratagème consiste à utiliser le bras robotique d’InSight pour appuyer sur la taupe pendant qu’elle martèle pour enfoncer la sonde dans le sol. Le risque, avec cette technique, serait d’endommager l’attache de la taupe. C’est pourquoi la Nasa va probablement continuer à utiliser précautionneusement cette méthode pendant plusieurs semaines, pour vérifier si elle fonctionne bien.

Pourquoi est-il si important qu’InSight creuse ?

InSight en est à son 464e sol (le nom du jour sur Mars). Le module s’est posé sur Mars en novembre 2018. Son objectif est d’étudier exclusivement la structure interne de la planète, en étudiant à la fois ses séismes et les flux de chaleur venant du cœur de l’astre. Grâce aux données récoltées par la mission, les scientifiques devraient en savoir davantage sur la façon dont les planètes du système solaire interne (Mercure, Vénus, la Terre et Mars) se sont formées il y a plus de 4 milliards d’années.

Illustration : la taupe d’InSight dans le sol martien. // Source : NASA/JPL-Caltech/DLR (photo recadrée et annotée)

Dans ce contexte, il est essentiel qu’InSight réussisse à creuser pour réaliser les mesures de flux de chaleur. C’est l’instrument « Heat Flow and Physical Properties Package », ou HP3, qui doit s’enfoncer jusqu’à 5 mètres de profondeur dans le sol. Il est pour cela aidé d’une taupe, qui martèle le sol. Cette taupe a besoin de la friction du sol pour s’enfoncer. Or, les scientifiques ont découvert que le sol du site où s’est posé InSight est différent de celui que l’on peut trouver ailleurs sur Mars. La taupe se contentait donc de rebondir, sans avancer plus profondément.

Avec l’aide du bras robotique, la Nasa devrait continuer à essayer de pousser sur le capuchon arrière de la taupe, en prenant garde à ne pas abîmer la courroie. Pour l’instant, cette stratégie est la seule à avoir donné des résultats plutôt encourageants.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo