Des chercheurs ont comparé les tremblements d'un séisme enregistré par la mission InSight sur Mars avec des tremblements de terre. Les mouvements produits par ces événements sont bien différents.

Si nous pouvions ressentir un tremblement du sol martien, à quoi ressemblerait-il ? Des scientifiques suisses ont tenté une une petite expérience pour vous aider à vous en rendre compte. La Nasa a relayé leur vidéo qui compare les mouvements provoqués par un tremblement de terre et un tremblement sur Mars, le 22 juillet 2019.

Grâce à un simulateur de tremblements de terre, ces chercheurs ont montré à quel point les sensations provoquées sur la Terre ou sur Mars diffèrent. Pour les signaux enregistrés sur Mars, il a fallu les amplifier au préalable : comparée à notre Terre, la surface martienne est beaucoup plus calme. Les tremblement de terre ne sont pas amplifiés.

La vidéo compare aussi les données du séisme enregistré sur Mars avec celles des sismomètres qui ont été installés sur la Lune au cours des missions Apollo. Au total, ces capteurs de mouvement ont permis d’enregistrer 28 tremblements de lune, dont la magnitude va du micro-tremblement au tremblement modéré. Dans la vidéo, ces tremblements aussi sont amplifiés.

L’origine des « marsquakes » est mystérieuse

L’École polytechnique fédérale de Zurich (ETH) s’occupe des recherches sur les séismes martiens repérés lors de la mission InSight. Ce module de la Nasa a atterri sur la planète rouge en novembre 2018 pour y étudier la structure interne de Mars. En avril, la mission a enfin enregistré un « tremblement de mars » avec SEIS, son sismomètre (le Cnes parlait alors de « marsquake » en anglais). L’EHT est chargé de la surveillance des données enregistrées par l’instrument SEIS.

Une simulation du déplacement des ondes sismiques à l’intérieur de Mars. // Source : NASA/JPL-Caltech/ETH Zurich/ Van Driel

« Sur Mars, jusqu’ici, nous avons vu deux familles de tremblement, explique Martin van Driel, sismologue à l’ETH, dans la vidéo. Un avec une fréquence élevée et celui que nous expérimentons maintenant, qui est la version avec les fréquences les plus faibles. Nous pensons qu’il vient de très loin. […] Sur Mars, les amplitudes sont extrêmement basses. »

Cette expérience rappelle que les tremblements martiens sont bien différents de ce que nous connaissons sur Terre. Pour l’instant, leur existence est un véritable casse-tête scientifique. On sait qu’il n’y a pas de tectonique des plaques sur la planète rouge : l’une des hypothèses avancées est celle des séismes intra-plaques. Ils pourraient se produire au sein d’une même plaque tectonique, ce qui expliquerait alors la présence de ces phénomènes sur Mars.

Partager sur les réseaux sociaux