De nombreuses personnes se croient à tort allergiques à des aliments. En s'intéressant aux allergies alimentaires des adultes, des chercheurs ont fait cette découverte.

Nous sommes nombreux à croire que nous avons une allergie alimentaire, alors que c’est faux. Voici la conclusion d’une étude publiée le 4 janvier 2019 dans la revue JAMA New Open : elle montre que presque la moitié des personnes qui se déclarent allergiques à un aliment ne le sont pas en réalité.

Les chercheurs se sont appuyés sur une enquête menée auprès de plus de 40 000 américains. 19 % d’entre eux étaient persuadés d’avoir une allergie alimentaire. Ils n’étaient en fait que 10,8 % à souffrir véritablement de cette hypersensibilité.

Le lait et les fruits à coque figurent parmi les allergies alimentaires les plus courantes. // Source : Pexels/CC/rawpixel.com (photo recadrée)

Des aliments évités « inutilement »

Pour les chercheurs, cette méconnaissance liée aux allergies n’est pas anodine. « Il est crucial que les adultes qui présument avoir une allergie alimentaire fassent des tests de confirmation et reçoivent des conseils appropriés », écrivent-ils. Les personnes qui se croient allergiques à tort évitent certains aliments « inutilement ».

D’après ces travaux, une personne sur 5 pense être allergique à au moins un aliment. Cependant, seule une personne sur 10 a été diagnostiquée comme ayant une allergie alimentaire auprès d’un médecin.

1 personne sur 5 pense être allergique à un aliment. // Source : Pixabay/CC0 (photo recadrée)

L’autre conclusion de l’étude s’attarde sur le moment où ces allergies apparaissent : de nombreuses personnes semblent les déclarer à l’âge adulte. Cette situation concerne 48 % des personnes qui sont vraiment atteintes d’une allergie, dans le panel de l’étude.

Beaucoup d’allergies déclarées à l’âge adulte

Parmi les allergies alimentaires les plus courantes, les chercheurs ont identifié celles aux mollusques et crustacés (2,9 %), au lait (1,9 %), aux arachides (1,8 %), aux noix (1,2 %) et au poisson (0,9 %). Les allergies aux mollusques, crustacés et au poisson semblent être celles qui se déclarent le plus souvent à l’âge adulte.

Les chercheurs attirent ainsi l’attention sur l’importance du diagnostic et sur le fait de ne pas se reposer sur une croyance pour changer son alimentation.

Crédit photo de la une : Pxhere/CC0 (photo recadrée)

Partager sur les réseaux sociaux