Le télescope Kepler a permis de capturer les clichés incroyables d'une étoile en fin de vie. Il y a 170 millions d'années, cette supernova a probablement explosé dans un scénario impliquant une autre étoile.

Avant de tirer sa révérence, le télescope spatial Kepler a eu le temps de photographier les derniers instants d’une étoile. L’Agence spatiale américaine a dévoilé les images saisissantes de cet astre le 30 novembre 2018.

Envoyé dans l’espace pour traquer les exoplanètes, Kepler a réussi à intercepter la lumière de cette explosion le 4 février 2018. La Nasa explique que le télescope a pris ces clichés environ 170 millions d’années après que cette étoile est devenue une supernova.

L’implosion de cette étoile baptisée SN 2018oh s’est traduite, comme habituellement avec les supernovas, par un moment bref de grande intensité lumineuse.

La mort de la supernova immortalisée par Kepler. // Source : NASA/JPL-Caltech

Une supernova de type « Ia »

Pourquoi l’observation de cette supernova est-elle aussi importante pour les chercheurs ? SN 2018oh pourrait nous obliger à repenser comment se forment les supernovas de type Ia, aussi connues sous le nom de supernovas thermonucléaires.

Celle que nous voyons sur ces images en est probablement une. Habituellement, elles se produisent lors de la fusion de 2 naines blanches. Or, SN 2018oh pourrait être le résultat d’un autre scénario : une naine blanche unique en train de capturer le matériau déversé par une étoile proche, et condamnée à exploser car son poids devient trop important.

La naine blanche aurait capturé le matériau d’une étoile voisine

C’est ce que l’on verrait sur ces images. En explosant, la naine blanche a heurté l’étoile qui était proche d’elle. C’est ce choc qui expliquerait la matière chaude et brillante observée par les télescopes : cette supernova avait tendance à s’éclaircir « 3 fois plus vite qu’une supernova habituelle » pendant les jours suivant sa première explosion.

Les vestiges d’une supernova de type Ia. // Source : Flickr/CC/Nasa Blueshift

L’un des derniers exploits de Kepler

Entre décembre et mai dernier, il restait encore suffisamment de carburant au télescope Kepler pour observer le ciel. Les scientifiques responsables de cette mission ont fait en sorte que l’instrument observe une partie du ciel également surveillée depuis la Terre.

Un groupe d’astronomes a compris que les instruments venaient d’identifier l’image rare d’une supernova. 130 scientifiques ont travaillé sur ces photos et une première étude détaillant leurs observations a été publiée sur la plateforme arXiv.org le 25 novembre.

Comme l’explique la Nasa, les supernovas de type Ia (avec un i majuscule) seraient aussi un bon moyen pour les astronomes d’en apprendre davantage sur l’énergie noire, une force hypothétique à l’œuvre dans l’univers.

Partager sur les réseaux sociaux