Les Français seront bientôt en mesure d’observer à l’œil nu une nouvelle « étoile », dans le ciel nocturne. Puis, l’astre disparaîtra subitement. Comment observer la nova T Coronae Borealis quand elle sera visible ?

Une « nouvelle étoile » s’apprête à briller brièvement dans le ciel. Son éclat momentané devrait être visible jusqu’en France. Il ne faudra pas manquer l’événement, car il sera rare à l’échelle d’une vie et ne durera pas longtemps. « L’étoile » sera perceptible pendant une semaine au maximum avant de replonger dans l’obscurité, note le New York Times dans un article du 8 mars 2024.

Une explosion qui « n’arrive qu’une fois dans une vie »

Le phénomène auquel la France s’apprête à assister, ainsi que le reste de l’hémisphère nord de la planète, ne correspond en réalité pas à la naissance puis la mort subite d’une étoile. C’est une nova, c’est-à-dire une étoile devenant brusquement plus lumineuse, puis reprenant son éclat habituel. L’objet en question est connu sous le nom de T Coronae Borealis, abrégé en T CrB. Cette nova se trouve à environ 3 000 années-lumière de nous. Pour l’observateur, elle se situe dans la constellation de la Couronne boréale, ou « Corona Borealis » (située dans le prolongement du « manche » de la casserole dessinée par la Grande Ourse).

Le phénomène de la nova est différent de la supernova (l’explosion d’une étoile).

L’explosion de T Coronae Borealis, se traduisant par l’apparition d’une « nouvelle étoile », devrait survenir entre avril et mai 2024. « C’est un événement qui n’arrive qu’une fois dans une vie », souligne Alexandra Doten, ancienne spécialiste en communication de la Nasa, désormais connue sous le nom d’Astro Alexandra sur TikTok et autres réseaux sociaux. La dernière fois que T Coronae Borealis a été vue sans télescope remonte à 80 ans, explique-t-elle. « Mais cette année, elle va devenir aussi brillante que l’Étoile polaire, presque d’un seul coup, et cela ne durera que quelques jours. »

Comment trouver la nova T Coronae Borealis dans le ciel ?

Lorsque la nova T Coronae Borealis deviendra visible, il faudra donc la chercher à l’œil nu, dans la constellation de la Couronne boréale. En plus de sa proximité avec la Grande Ourse, cette constellation se repère aisément par sa forme en demi-cercle. La nova T Coronae Borealis sera visible à l’extérieur du demi-cercle, vers la zone représentée en rouge dans la carte suivante.

Carte de la constellation Corona Borealis. // Source : Wikimedia/CC/IAU (annotation Numerama)
Carte de la constellation Corona Borealis, et l’emplacement de la nova. // Source : Wikimedia/CC/IAU (annotation Numerama)

Qu’est-ce qu’une nova récurrente ?

T Coronae Borealis est une nova dite récurrente, composée d’une étoile géante rouge (une étoile en fin de vie qui s’est dilatée) et d’une naine blanche (une étoile très dense). Cette dernière absorbe de la matière de la géante rouge. « Tout cela s’accumule pour créer une atmosphère dense, explique Alexandra Doten. Cette atmosphère est chauffée à un niveau élevé et commence à fusionner, ce qui fait exploser l’étoile, qui est très brillante. »

Ce phénomène se produit à intervalles réguliers dans la vie de ce système binaire. Parmi les rares novas récurrentes connues, T Coronae Borealis est celle avec le laps de temps le plus long entre deux explosions, un délai d’environ 80 ans. La dernière explosion de T CrB s’est produite en 1946. D’autres explosions furent observées en 1866, 1787 et 1217. Grâce aux observations de T Coronae Borealis, les astronomes savent que la nova « convulse » juste avant son explosion et peuvent donc estimer à peu près le moment de sa prochaine apparition dans le ciel.


Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !