Le gestionnaire du réseau de transport d’électricité français, RTE, fournit un tableau de bord pour suivre l’évolution de la consommation électrique par rapport aux années passées.

La France connaîtra-t-elle des délestages électriques pendant l’hiver 2022/2023 ? Peut-être pas. Le niveau de consommation de courant dans le pays est sur une trajectoire déclinante, selon RTE (Réseau de Transport d’Électricité, le gestionnaire du réseau de transport d’électricité dans le pays, filiale d’EDF). C’est en ligne avec les appels du gouvernement à plus de sobriété.

Un site pour suivre l’état de la consommation d’électricité en France

RTE fournit une synthèse hebdomadaire de la situation en métropole. Sur une page dédiée, il est possible de suivre deux indicateurs : le premier compare le mois écoulé par rapport à la moyenne des années précédentes (2014-2019) avec la période correspondante. Le second fait la même chose, mais en se limitant à un créneau resserré d’une semaine.

RTE observe un recul de -6,6 % de la consommation sur une période d’un mois et de -8,3 % sur la période d’une semaine. « La baisse de la consommation apparaît désormais concerner tous les secteurs », commente le gestionnaire, qui a écarté les années 2020 et 2021 pour ne pas fausser les mesures avec le caractère exceptionnel de la crise sanitaire.

Ces chutes significatives sont causées par deux facteurs pouvant se cumuler : il y a d’abord la hausse du coût de l’énergie, qui impose notamment à l’industrie de lever le pied, voire d’interrompre ses activités, à l’image de la verrerie Duralex, en grande difficulté. Mais, il y a également « l’effet réel des actions de sobriété engagées par les particuliers et les entreprises », note RTE.

tableau de bord consommation électrique France
Le dernier point de situation, en date du 4 décembre. // Source : Capture d’écran

Depuis l’automne, l’exécutif plaide pour suivre un maximum d’éco-gestes. Le but est ne pas sursolliciter le réseau électrique, au moment où les capacités de production (de nombreux réacteurs nucléaires sont à l’arrêt) et d’import (d’autres pays en Europe sont aussi sous pression) sont limitées. L’objectif est d’atteindre une baisse globale de 10 % pour passer l’hiver sans tension.

Pour cela, tout le monde est appelé à faire des efforts. Par exemple, il est demandé de chauffer un peu moins les pièces, en se limitant à 19° C, ou de climatiser moins fortement les data centers. Certaines consommations sont aussi reportées à des horaires plus favorables, comme la chauffe des ballons d’eau chaude. Les conseils incluent même une nouvelle approche dans la cuisson des pâtes.

La baisse se poursuivra-t-elle, notamment au moment où les températures plus basses de l’hiver arriveront ? Cela reste à voir. RTE indique à ce titre que si la tendance à la baisse s’est « accentuée » dernièrement, elle « devra être confirmée ». La dernière mise à jour du site RTE remonte au 4 décembre. Le prochain point de situation est attendu le 11 décembre.

Obtenir des prévisions sur la consommation électrique des prochains jours

Ce tableau de bord pour avoir une photographie de l’état de la consommation d’électricité en France est l’un des outils que RTE met à disposition du public. Le gestionnaire fournit aussi une application, Ecowatt, qui affiche une « météo de l’électricité ». Elle indique pour les trois prochains jours le niveau de sollicitation du réseau. Vert, tout va bien ; orange, c’est chargé ; rouge, c’est tendu.

Ecowatt app
Source : Ecowatt

L’application sert à mobiliser le public pour accentuer les efforts de sobriété dans les cas où la demande en courant excède les capacités de production. Outre Ecowatt, RTE fournit aussi un service d’alerte par SMS pour être notifié, notamment si des délestages peuvent être décidés dans telle ou telle région.

Quant à Eco2mix, autre outil proposé par RTE, il montre les consommations et les prévisions. Il affiche aussi la structure de la production de l’électricité (en clair, la part du nucléaire, de l’éolien, du gaz, du solaire, etc.), les niveaux d’import et d’export ainsi que le degré d’émissions de CO2 par kilowatt-heure. Ce site a davantage une vocation pédagogique.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.