RTE fournit un service d’alerte par SMS si jamais le réseau électrique est trop sollicité. Il s’agit de demander un effort aux particuliers pour éviter une coupure de courant.

Comment la France traversera-t-elle l’hiver ? C’est la question au centre de l’actualité. Alors que les températures baissent graduellement depuis quelques semaines, le gouvernement a présenté un plan de sobriété énergétique pour diminuer de 10 % la consommation du pays d’ici à 2024. Et, compte tenu des difficultés en matière d’approvisionnement, les efforts sont à entreprendre dès maintenant.

Le secteur du numérique est, lui aussi, sommé de participer. Parmi les leviers d’action recensés figurent une climatisation moins forte dans les data centers et un report de certains traitements informatiques à des horaires plus favorables. La mise en veille ou le débranchement de la box Internet est aussi un sujet — mais les gains sont minimes. Il y a aussi l’interdiction des publicités lumineuses la nuit, qui pourrait préserver un demi-térawattheure.

electrique-electricite-courant
Un hiver compliqué se profile pour le pays. // George Becker

Cela suffira-t-il à contenir une trop forte sollicitation du réseau électrique ? On ne le saura que dans quelques semaines. Si le scénario qui se joue est l’un des plus dégradés, RTE (Réseau de Transport d’Électricité, le gestionnaire du réseau de transport d’électricité dans le pays, filiale d’EDF) sera en mesure de vous alerter en amont.

Des SMS pour vous alerter d’une tension et de lever le pied

RTE opère un site appelé ÉcoWatt. Il fournit une « météo de l’électricité ». Dans ce cadre, il est proposé un service pour recevoir une notification en cas de risque. Pour cela, il faut s’inscrire en renseignant son mail, son numéro de téléphone et son code postal — car les coupures, si elles surviennent, auront lieu à un niveau local.

La réception d’un SMS d’alerte ne signifie pas nécessairement qu’une coupure de courant surviendra. Le message vise justement à demander aux personnes de faire un effort sur leur consommation, par le suivi de quelques écogestes, au moins pour passer la période sous tension. Un exemple ? Éviter les créneaux horaires les plus tendus (8h-13h et 18h-20h), autant que possible.

Les autres écogestes sont classiques. On trouve la baisse du chauffage, l’extinction des lumières inutiles, l’usage d’un couvercle pour réduire le temps de cuisson ou encore l’utilisation du mode économique des machines. En tout, vingt solutions sont proposées. Elles n’ont individuellement que peu d’impact ; mais en les cumulant à l’échelle d’une région, elles peuvent faire la différence.


Aidez-nous à construire l’avenir de Numerama en répondant à cette enquête !