L’image semble extraite d’un film de science-fiction. Pourtant, c’est bien réel : la photo a été obtenue par la capsule Orion, lors du dernier survol lunaire de la mission Artémis I de la Nasa.

Ce n’est pas une scène d’un film de science-fiction. C’est le survol, bien réel, de la Lune par la première mission du programme Artémis. Le 5 décembre 2022, la mission Artémis I a survolé la Lune, pour la dernière fois. Grâce à cet ultime rapprochement, le vaisseau peut désormais rentrer à la maison. Le retour de la capsule Orion, qui devrait retomber dans l’océan Pacifique, est prévu le 11 décembre.

Lors de son approche de la surface lunaire, Orion a continué à nous faire vivre l’odyssée d’Artémis I depuis l’espace. Depuis l’extérieur du vaisseau, une superbe vue sur la Terre et la Lune a été obtenue le 5 décembre. Elle est très poétique, car on y voit, du plus proche au plus éloigné, le vaisseau, la Lune et la Terre, chacun en croissant. Andy Saunders, écrivain scientifique et spécialiste de la restauration numérique des clichés de la Nasa, a publié son travail sur ce cliché et il est digne d’un film de science-fiction.

Est-ce un film, ou est-ce Artémis I dans l’espace ?

Cette image spectaculaire a même été comparée avec l’affiche d’un célèbre film sur la conquête spatiale, Apollo 13. Ce long-métrage sorti en 1995 relate la septième mission du programme Apollo, survenue en 1970, lors de laquelle un incident s’est véritablement produit. Les astronautes n’ont pas pu effectuer la mission prévue et sont heureusement parvenus à rentrer sur Terre, mais au péril de leur vie. La comparaison est d’autant plus remarquable, quand on sait qu’Artémis I a détrôné un record d’Apollo 13, l’ « échec réussi » de la Nasa.

Sur une autre image publiée par Andy Saunders, on peut voir, de nouveau, la Lune. Cette fois, nous sommes à l’arrière de la capsule, alors qu’Orion est dirigée vers la Terre.

Prochain arrêt, la Terre ! // Source : Via Twitter @AndySaunders_1
Prochain arrêt, la Terre ! // Source : Via Twitter @AndySaunders_1

Grâce au dernier survol lunaire d’Artémis I, Orion s’est servi de la gravité de l’astre pour accélérer suffisamment en direction de notre planète. La capsule s’est trouvée au plus proche de la surface de la Lune vers 17h49 le 5 décembre, à moins de 130 km au-dessus du satellite naturel terrestre.

Ce n’est pas parce que la mission Artémis I est partie sans astronautes vers la Lune que ces prouesses doivent nous laisser de marbre. Ce que la Nasa accomplit actuellement dans l’espace, avec sa capsule inhabitée Orion, est une sorte de répétition générale, cruciale pour le retour de l’humanité sur la Lune. Dès la mission Artémis II, un équipage de 4 personnes sera dans le vaisseau. Rappelons que l’humanité n’est pas retournée sur la Lune depuis 1972.


Vous aimez nos médias ? Dites-le nous dans cette enquête !