Le contrat entre FIFA et EA arrive à son terme, et les négociations pour un renouvellement arrivent au point mort. Il semblerait que les deux entités aient chacune des projets de leur côté.

« FIFA », distribué par Electronic Arts (EA), est le plus populaire des jeux vidéo de football. Les ventes du jeu, qui est actualisé chaque année depuis les années 1990, se chiffrent dizaines de milliards d’euros. Son avenir pourrait toutefois être bouleversé : le contrat qui lie EA et FIFA arrive à son terme fin 2022. Les négociations pour le renouvellement sont au point mort. Cela ne menace pas le futur du jeu en lui-même, mais plutôt son nom (et donc le marketing autour de lui).

Que se passe-t-il donc entre EA et FIFA ?

« EA Sports FC »

Tout a commencé avec un communiqué posté par Electronic Arts publié le 7 octobre 2021 : « Pour l’avenir, nous étudions également l’idée de renommer nos jeux de football EA SPORTS. Cela signifie que nous réexaminons notre accord de droits de dénomination avec la FIFA, qui est distinct de tous nos autres partenariats et licences officiels dans le monde du football. »

L’accord entre les deux parties pour les droits du nom coûte déjà 150 millions de dollars à EA chaque année. Or, il semblerait, d’après les informations du New York Times, que la FIFA demande dorénavant bien davantage — plus du double. Cela représente environ un milliard de dollars par « tranche » de Coupe du monde, tous les quatre ans. Le partenariat limite également la marge de manœuvre d’EA — la FIFA refuse par exemple l’exploitation des droits pour des tournois de e-sports, ou bien l’utilisation de temps forts de parties réelles.

FIFA 22. // Source : EA Sports

Paradoxalement, EA Sports n’a pas besoin de la FIFA pour réaliser son jeu. L’éditeur possède d’autres contrats, avec les plus grands championnats au monde (comme la Ligue des champions). Par ailleurs, début octobre 2021, EA a renouvelé son partenariat avec la FIFPRO, ce qui signifie que l’entreprise possède les droits pour incorporer les joueurs dans ses jeux. « La FIFPRO continuera à être un partenaire important alors que nous construisons la prochaine génération d’expériences footballistiques EA SPORTS pour les joueurs du monde entier », était-il écrit dans le communiqué de renouvellement publié le 12 octobre.

Cela signifie que, techniquement, EA Sports n’a pas besoin de FIFA pour réaliser à peu près le même jeu exactement. D’ailleurs, EA a déposé récemment, toujours d’après le NY Times,  le nom de marque « EA Sports FC ». Et si c’était là un nouveau nom pour le jeu ?

FIFA a aussi des projets

Il n’est pas impossible que le point mort dans les négociations provienne également de la FIFA, qui, d’après un communiqué publié ce 15 octobre 2021, semble aussi avoir des projets de son côté.

Dans le document, FIFA affirme s’intéresser aux « chevauchements » entre l’esport et les compétitions de football et, à cet égard, « la FIFA est enthousiaste à l’idée d’utiliser la Coupe du Monde de la FIFA™ (avec quatre milliards de téléspectateurs) et la Coupe du Monde Féminine de la FIFA™ (avec une audience de 1,2 milliard) comme plateformes pour lancer et intégrer de nouveaux jeux passionnants et des offres d’esports ».

Le message est clair : si le partenariat avec EA se termine, la FIFA essaiera de développer ses propres jeux, avec d’autres éditeurs, liés aux coupes du monde masculines et féminines. Cette rupture (seulement « potentielle » à l’heure actuelle, un accord pouvant encore être trouvé) pourrait bien signer une reconfiguration des jeux vidéo dédiés au foot.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo