Après son opération de communication visant à faire tomber la commission prélevée par Google et Apple sur le Play Store et l'App Store, Epic est dans une position délicate. Apple menace en effet de supprimer le compte du développeur et l'accès à tous ses outils de développements... utilisés par des centaines de studios.

À moins d’y être contraint par un tribunal, Apple ne pliera pas. C’est en substance le message que le constructeur a fait passer à Epic Games, dans la bataille qui oppose les deux entreprises depuis jeudi 13 août. Deux points sont à relever : Apple ne fera pas d’exception à ses règles pour Fortnite et si Epic Games ne rentre pas dans les clous, alors son compte développeur et ses outils de développements seront bannis de l’écosystème. Cette sentence tombera le 28 août. Et c’est peut-être la plus dure pour le studio.

L’escalade

En proposant un moyen de paiement qui ne passe pas par l’App Store, Epic Games a contourné les règles auxquelles le développeur devait se plier pour pouvoir commercialiser son fameux Free To Play aux nombreux micropaiements in-app. Rapidement, Apple a délisté Fortnite de son magasin d’applications, parce qu’il ne respectait plus les règles auxquelles tous les développeurs consentent. Comme nous l’expliquions alors, une exception pour un jeu, aussi populaire soit-il, aurait été une catastrophe pour Apple. D’autant qu’Epic a choisi de jouer aussi sur le terrain de la communication, avec un happening bien rodé et très efficace, qui avait pour but de créer un gentil et un méchant.

Peu d’observateurs pensaient qu’Apple ferait un geste envers une entreprise milliardaire, qui n’a jamais caché son ambition de maximiser ses profits sur les périphériques mobiles. Mais le coup joué par la firme californienne est d’une rare brutalité : si le compte développeur d’Epic est clôturé, le jeu sera définitivement supprimé des appareils iOS. Aujourd’hui, joueuses et joueurs qui l’ont déjà téléchargé peuvent encore y jouer ou le retélécharger.

Le 28 août, si la situation n’a pas évolué, le jeu aura complètement disparu de l’univers Apple. Si des millions de joueurs utilisent d’autres plateformes pour Fortnite (Switch, PC, consoles, etc.), le smartphone ou la tablette tactile sont bien souvent la porte d’entrée la plus simple pour accéder au jeu, notamment pour les jeunes.

Apple a dans le même temps confirmé son souhait de garder Fortnite sur son Store : « Nous souhaitons vivement garder Epic Games dans notre Apple Developer Program et sur l’App Store. Le problème qu’a créé Epic tout seul peut être facilement résolu : ils n’ont qu’à soumettre une nouvelle version en accord avec les lignes directrices auxquelles ils ont adhéré et qui s’appliquent à tous les développeurs ».

L’Unreal Engine 5 // Source : Epic Games

Apple retourne les développeurs Unreal Engine contre Epic

Mais cette menace ne s’arrête pas là : Apple souhaite aller encore plus loin et refuser l’accès à tous les outils de développement proposés par Epic Games aux développeurs. Car Epic, avec l’Unreal Engine, n’est pas qu’un développeur de jeux vidéo, c’est aussi le fournisseur d’un moteur 3D à des studios de jeux vidéo et développeurs d’applications, qui dépendent de ces outils pour travailler. Si Apple les bannit, alors de nombreux partenaires d’Epic Games seront dans une situation critique, ne pouvant plus faire évoluer leurs titres.

On comprend très bien pourquoi Apple a choisi cette option : Epic Games a enragé une armée de fans de son jeu Fortnite contre Apple, et l’entreprise de Cupertino a répondu par un coup au porte-monnaie, laissant Epic Games se justifier auprès de ses développeurs partenaires. Aujourd’hui, le géant du jeu vidéo que l’on imaginait en position de force a beaucoup à perdre : son marché sur iOS, mais aussi ses clients. Apple a montré de son côté que la perte de Fortnite ne serait pas un souci.

Epic Games a doublé sa première plainte en justice d’une demande urgente aux tribunaux américains : annuler la mise en demeure d’Apple.

Crédit photo de la une : YouTube/Fortnite

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo