Les aventures de Geralt, Yennefer et Ciri passionnent. Avec l'adaptation de The Witcher sur Netflix, l'éditeur américain des livres vient de lancer une réimpression massive et les ventes sont également au beau fixe en France pour les éditions Bragelonne.

C’était l’une des adaptations les plus attendues du moment : la série The Witcher est disponible sur Netflix depuis le 20 décembre 2019. Après le succès des jeux vidéo, et notamment du troisième opus classé Game of the Year, le challenge était énorme. Visiblement, le public a répondu présent. Non seulement les gens rejouent au jeu, mais on sait depuis le 14 janvier 2020, via un communiqué de l’éditeur, que tout le monde se rue en librairies pour acheter le livre original et ses suites.

Ce succès n’est pas étonnant. Comme on l’affirmait dans notre critique de la saison 1, la série émancipe sa chronologie et sa narration des livres écrits par Andrzej Sapkowski, mais elle réussit pour autant à faire honneur à la saga littéraire. Comme toute bonne adaptation, elle permet surtout de vivre une expérience entièrement différente tout en respectant le matériau d’origine.

La version de The Witcher sur Netflix laisse une plus grande place aux héroïnes de la saga, dont Yennefer, sur l’image. // Source : Netflix

Ce nouveau souffle en librairies n’est donc pas une surprise : la série donne envie de poursuivre les aventures de Geralt de Riv, de Yennefer et de Ciri. L’adaptation et le livre ne sont pas incompatibles, bien au contraire. Par ailleurs, à l’ère où les services comme Netflix sont parfois décrits comme néfastes, voilà une énième preuve que la culture est une totalité, où séries et livres ne seraient pas ennemis. Les objets culturels se portent mutuellement.

500 000 réimpressions

Orbit, l’éditeur de la saga littéraire, précise que la demande pour l’ouvrage avait déjà augmenté courant 2019. Il s’agit d’un phénomène d’anticipation de The Witcher : beaucoup de gens voulaient lire le roman avant de regarder l’adaptation. Dès l’instant où Netflix a diffusé les épisodes de la série, les ventes sont alors devenues « phénoménales » et ce dans tous les formats — papier, ebook et même audio.

Pour répondre à cette «  demande exceptionnelle », ce ne sont pas moins de 500 000 exemplaires qui sont maintenant réimprimés par Orbit. La showrunneuse de la série, Lauren Hissrich, a affirmé sur Twitter que cette information « ne pouvait pas la rendre plus heureuse ».

Le phénomène est tout aussi massif en France

En France et dans la francophonie, la saga connaît un phénomène tout aussi exceptionnel. D’après les chiffres que les éditions Bragelonne ont transmis à Numerama, ce sont plus de 200 000 exemplaires qui ont été imprimés ces deux derniers mois.

Il y a eu plus précisément deux « moments » dans ce nouveau succès. Le trailer a clairement créé un premier effet : entre la diffusion de la bande-annonce en juillet et celle de la série en décembre, 170 000 exemplaires ont été vendus. Et, depuis le lancement de The Witcher sur Netflix (le 20 décembre dernier), déjà 100 000 ont été écoulés. Si ces chiffres concernent le premier tome, Hermine Péneau, attachée presse des éditions Bragelonne, nous confirme également un pic pour le reste de la saga. Les gens veulent d’ores et déjà se plonger dans la suite.

Ce n’est pas le seul ouvrage des éditions Bragelonne à être adapté en série sur Netflix, le cas se présente aussi pour Altered Carbon, l’œuvre cyberpunk de Richard Morgan. Il y avait certes eu un « pic de ventes », mais bien moindre. Pour The Witcher, l’impact est «  encore plus massif ». La maison d’édition nous précise que la dynamique des ventes sur les ouvrages de la saga ne faiblit pas encore, même près d’un mois après l’arrivée des épisodes sur Netflix. Depuis que Bragelonne a acquis les droits pour les aventures du Sorceleur, plus d’un million d’exemplaires se sont écoulés sur tous les territoires de la francophonie.

Partager sur les réseaux sociaux