Depuis l'énorme mise à jour de mi-octobre, Fortnite a complètement changé. Avec son lot de bons points, mais aussi des désavantages. Esthétique, gameplay, matchmaking, bots : passage en revue des plus gros changements dans le jeu d'Epic Games depuis l'arrivée du chapitre 2, et leur réception au sein des gamers.

Ce fut l’événement le moins impressionnant et le plus regardé de l’histoire des jeux vidéo. Dimanche 13 octobre 2019 à 20 heures, Fortnite s’est tout simplement arrêté de fonctionner, au cours d’une immense maintenance qui a duré 38 heures au total. Intitulé The End, cet événement a été diffusé en direct par Epic Games sur plusieurs plateformes, dont YouTube, Twitter et Twitch.

Pendant plus d’une journée, des millions de fans impatients ont donc regardé, bien qu’épisodiquement, du vide. Ou plutôt, une espèce de trou noir généré sur un fond spatial, accompagné d’une musique mystérieuse et envoutante. Epic Games a maitrisé sa communication du début à la fin : personne ne savait quand Fortnite allait revenir, ni sous quelle forme.

La bannière « The End » de Fortnite // Source : Twitter

C’est finalement mardi à 10 heures (heure de Paris) que le jeu de survie et de construction est réapparu avec de nombreux changements. Depuis, comme des millions de joueurs et joueuses, nous avons pris en main ce deuxième volet avec beaucoup d’entrain et de soif de découverte. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que Fortnite a beaucoup, beaucoup changé.

Fortnite a une nouvelle esthétique

On l’avouera sans peine : à l’ouverture du jeu, notre première impression était loin d’être la plus positive. L’espace d’un instant, on s’est même surpris à penser à Creative Destruction, l’un des clones chinois de Fortnite qui reprend en tout point le principe du jeu, mais avec une esthétique très criarde et vraiment peu qualitative.

Le jeu d’Epic Games a toujours assumé ses couleurs fluo, ses personnages hauts en couleur et son côté fun, mais les nouveaux graphismes sont encore plus simplifiés, à l’image des armes qui prennent un look plus arrondi dans l’inventaire.

À l’inverse, la carte de l’île du jeu a retrouvé une allure plus classique et, surtout, moins survoltée : le studio américain a fait de la place pour les vallées, canyons, forêts et autres éléments de  la nature, par opposition à la map de fin de chapitre dernier qui ressemblait à une sorte de patchwork indigeste (une ville dédiée aux tacos, vraiment ?) devenu difficile à apprécier.

YouTube/Gamesradar

Au niveau des déplacements, le jeu a indéniablement gagné en qualité. Rappelons que jusqu’ici, il était impossible de nager dans les courants d’eau (et il fallait construire au-dessus d’une rivière pour espérer avancer à une allure normale). À présent, l’environnement est beaucoup mieux pris en compte dans le gameplay, et permet d’ajouter une touche de réalisme au jeu : les joueurs peuvent se cacher dans certains objets pour surprendre leurs ennemis (poubelle, botte de foin) ou encore tirer sur des citernes d’essence pour créer des explosions.

Adieu le lobby

Un changement a fait l’unanimité auprès des joueurs et joueuses : la possibilité d’enchaîner les parties sans repasser systématiquement par le lobby — l’endroit où les gamers doivent patienter avant d’entrer en jeu. Dorénavant, si vous jouez en solo et que vous êtes éliminé, vous avez la possibilité de retourner dans le « salon » ou bien directement relancer une partie. Dans ce cas, vous suivez le dernier joueur qui vous a abattu jusqu’à ce que l’ordinateur vous trouve une place dans une nouvelle partie. Si vous jouez en squads, cette possibilité se déclenche lorsque tous les membres de votre section sont éliminés.

Le temps d’attente pouvait, jusqu’ici, être long dans Fortnite, surtout pour les joueurs les plus faibles. Les règles n’invitaient pas à l’erreur : vous pouviez passer entre une et deux minutes à attendre de rejoindre une partie, pour ensuite être éliminé en premier, et devoir à nouveau patienter pour renouveler l’expérience. Grâce à la possibilité d’attendre en jeu, le temps passe plus vite, mais surtout, la frustration est beaucoup moins présente. D’autant plus que le nouveau système de matchmaking permet aux novices de s’amuser beaucoup plus qu’avant.

YouTube/Gamesradar

Qui est un robot ?

Epic Games avait annoncé la couleur, mais il était difficile d’imaginer que le changement serait si radical. Depuis les débuts du mode Battle Royale de Fortnite, le principe a toujours été le même : 100 joueurs et joueuses sont envoyés sur une île et doivent s’éliminer. S’ils étaient sélectionnés en fonction de leur plateforme (PC, console, mobile), ils ne l’étaient sur aucun autre critère : un joueur débutant pouvait être propulsé sur la même île que le champion du monde solo, et avoir (techniquement) les mêmes chances de l’emporter.

Mais ce concept a un gros désavantage : les plus faibles se font éliminer très tôt dans la partie, ce qui peut générer beaucoup de frustration, surtout lorsqu’on débute. C’est pourquoi Epic Games, après avoir expérimenté avec des robots surpuissants censés aider les moins forts à s’en sortir, avait prévu que son système de matchmaking (décider qui affronte quel adversaire) change drastiquement.

C’est chose faite : non seulement les joueurs et joueuses sont répartis selon leurs niveaux, mais ils sont aussi mis face à des bots. Beaucoup de bots. Il est impossible de les distinguer des vrais joueurs, ce qui cause beaucoup d’incertitudes. Si certains joueurs se disent satisfaits de pouvoir enfin enchaîner les kills, voire gagner des parties, d’autres estiment qu’il est moins noble de l’emporter face à un ordinateur.

Il faut dire que les bots ajoutés dans le jeu sont majoritairement très peu doués : ils peuvent rester plusieurs secondes immobiles en plein combat, ou commencer à miner des matériaux de construction alors qu’on leur tire dessus. Mais le problème est que Fortnite est un jeu complexe, et qu’un débutant pourrait également commettre de telles erreurs… Le doute est donc toujours là, omniprésent : suis-je soudain devenue meilleure à ce jeu, ou les autres sont-ils vraiment moins bons ? Et ce robot qui commence soudain à enchaîner les constructions difficiles n’était-il qu’un joueur sadique ?

Des stimulations et récompenses constantes

À chaque action, une notification. Voilà comment on pourrait résumer la nouvelle interface de jeu de Fortnite, qui met l’accent sur le gain d’expérience et fait apparaître de nombreuses informations qui n’étaient jusqu’ici pas mises en avant. Vous fouillez un coffre ? Vous gagnez de l’XP. Vous péchez ? Vous gagnez de l’XP. Vous êtes la première personne de la partie à avoir rempli votre bouclier à 100 % ? On vous le donne en mille : vous gagnez de l’XP.

YouTube/Gamesradar

Au bas de l’écran, il y a désormais une barre de progression d’expérience, qui se remplit peu à peu à chaque action — comme on peut en trouver dans d’autres jeux comme World of Warcraft. Dès que l’on passe un niveau, c’est l’explosion : la manette vibre, des éclairs transpercent l’écran de part en part, accompagnés d’un tintamarre qui ferait sursauter jusqu’aux joueurs les plus sereins.

Cette progression ne pose pas problème en soi — c’est d’ailleurs ces niveaux qui permettent d’être matchés avec des joueurs de skills équivalents —, mais la superposition de toutes ces notifications rend l’expérience de Fortnite très différente, et résolument plus addictive. Le jeu d’Epic Games emprunte désormais beaucoup plus de tactiques d’autres jeux vidéo pensés pour envoyer une décharge de dopamine à chaque action que l’on effectue — si vous ne voyez pas bien, essayez de vous remémorer le plaisir de faire exploser une boule à facette dans Candy Crush.  

YouTube/Ninja

À chaque médaille obtenue, à chaque gain de 150 XP, c’est un nouveau frétillement de satisfaction. La tactique est habile, mais peut vite agacer, au point où l’on en vient à souhaiter qu’il y ait un peu moins d’agitation pour se focaliser sur le jeu.

Au vu des réactions sur les forums comme Reddit, où les gamers échangent leurs impressions, il semblerait que le nouveau Fortnite (chapitre 2, saison 1) emporte en tout cas une grande partie des suffrages. Epic Games a réussi un coup de maître : séduire un public moins chevronné tout en ne s’attirant pas les foudres des joueurs plus doués, et rappeler qu’il a entre les mains le jeu le plus puissant au monde.

Crédit photo de la une : YouTube/Gamesradar

Partager sur les réseaux sociaux