Game of Thrones, c'est fini. Et pourtant, des tas de questions restent sans réponse. La faute à une intrigue bâclée dans ses derniers instants ?

Trop vite. C’est peut-être ce que l’on retiendra, à court terme, de Game of Thrones : une saga qui s’est étendue sur 8 saisons et qui a été terminée dans la précipitation. Car la fin du Trône de Fer n’est pas une mauvaise fin et le destin des personnages montrés à l’écran ne sort pas de nulle part — il a été préparé et travaillé et le spectateur avisé l’attend.

Cela dit, le choix de ne faire que 6 épisodes à la saison 8 a précipité la narration vers sa fin tragique. Tout ce temps long, ces conquêtes qui prenaient une saison à se démêler, s’est accéléré et les batailles se résolvent aussi vite que les querelles. Pire, les personnages si subtilement construits s’effondrent et finissent par subir une voie conçue pour eux, comme s’ils ne pouvaient y échapper.

Ce qui vaut pour les personnages principaux vaut encore plus pour les enquêtes et personnages secondaires. Une série que l’on suit depuis tant d’années a multiplié les arcs, les personnages et les mystères. À la fin de la saison 8, beaucoup semblent avoir été oubliés.

Où est la prophétie autour d’Azor Ahai ?

Beric Dondarrion // Source : GOT/HBO

Les premières saisons de Game of Thrones nous laissaient un indice sur le zeitgeist qui aurait pu être celui de la série : un continent similaire à notre Antiquité, qui abandonne petit à petit ses anciens dieux, de gré ou de force, pour se tourner vers les monothéismes. Tout cela s’articulait autour de la comète, du Lord of Light et de ses apôtres. Beric Dondarrion, bien entendu, mais aussi et surtout Melisandre d’Asshai. Dans cette religion qui tourne autour d’un dieu de lumière, on parle souvent du retour d’Azor Ahai, guerrier mythique qui libéra le monde des ténèbres avec une épée de feu.

Son retour est annoncé par les prophètes et plusieurs arcs semblent nous donner des indices sur son identité. Est-ce Arya, guerrière entraînée aux arts mystiques qui finit par vaincre le Roi de la Nuit ? Est-ce Daenerys, impératrice aux dragons qui utilise le feu pour vaincre ses ennemis ? Est-ce Beric Dondarrion, qui brandit effectivement une épée de feu et accomplit son ultime sacrifice lors de la bataille de Winterfell ? Est-ce Jon Snow, qui a survécu à la mort ? Est-ce Ser Pounce, le chat ?

Et puis… plus rien. Dans les trois derniers épisodes, le Lord of Light n’a pas été mentionné. Azor Ahai non plus. Les prophéties ont été enterrées au moment où le scénario a basculé sur le trône de fer (l’objet, pas la série). Nous n’en saurons donc rien.

Où est la symbolique ?

Mélisandre Arya
Mélisandre et Arya. // Source : HBO

C’est peut-être l’un des gros défauts de l’écriture de Benioff et Weiss : les showrunners de Game of Thrones n’assument pas leurs symboles. Ou alors, ils en laissent tellement qu’ils ne savent plus quoi en faire. Résultat, on se retrouve avec des scènes hautement symboliques qui n’ont finalement aucun intérêt. Rien que dans la dernière saison, elles sont nombreuses à ne pas avoir eu de sens.

Par exemple, à quoi servait cette scène, après le beau sacrifice de Melisandre, où l’on voit Ser Davos s’emparer du collier de la prêtresse ? Il était facile de penser qu’il en ferait quelque chose. Mais non. De même, à quoi servait cette scène sublime où Arya semble invoquer un cheval blanc venu de nulle part et s’enfuit dans les centres de King’s Landing ? Le cheval ou la fuite n’avaient-ils pas de sens ? Arya revient dans l’épisode 6 comme si de rien n’était, comme si elle n’avait pas fui… comme s’il manquait un épisode. Le tout, sans cheval. N’évoquons même pas des yeux verts qui manquent au tableau de chasse d’Arya.

Et quand le spectateur se demande à quoi servaient certains plans, comme si le manque était une évidence, c’est bien que l’écriture a un problème de rythme.

À quoi a servi la construction mystique de Bran ?

Bran Stark
Bran Stark. // Source : HBO

Dans le même ordre d’idée, la trajectoire de Bran semble irréelle. Tyrion rappelle devant les seigneurs réunis (après un Quelques minutes plus tard digne de Bob l’éponge) qu’un bon monarque est avant tout celui qui a une bonne histoire, avant de narrer, en quelques secondes, l’épopée de Bran. Bran poussé du haut de la tour ! Bran handicapé ! Bran manqué d’être assassiné ! Bran banni ! Bran derrière le mur ! Bran en quête de sens ! Bran capable de contrôler les animaux et les humains ! Bran à la recherche de la Corneille à Trois Yeux ! Bran devenu la Corneille à Trois Yeux ! Bran omniscient, capable de voir le présent, le passé et de construire l’avenir !

C’est effectivement une bonne histoire… mais en quoi fait-elle de lui le personnage creux que l’on voit lors des dernières saisons ? Devenu la Corneille à Trois Yeux, Bran a été évincé de l’histoire principale, ramené au rang de personnage non joueur qu’on utilise pour déclamer des sentences qui, à chaque fois, jettent un froid. Bran a été ridiculisé par Benioff et Weiss qui en ont fait un personnage caricatural, se projetant dans le passé pour… retrouver les plans d’un fauteuil roulant. En un sens, toute l’ascension de Bran vers une sorte de demi-dieu l’a placé dans un autre plan que celui des querelles de cour. Le faire revenir sur le trône n’a pas de sens.

Bran aurait pu déclencher un Deus ex Machina, aurait pu utiliser ses pouvoirs pour avoir un impact d’une manière ou d’une autre. Il aurait même pu prendre possession du dragon ! C’est lui qui en parle à la toute fin de l’épisode 6. Mais il n’en a rien été. Bran a été construit comme un personnage tout puissant et a été relégué au second plan. Comme si toute sa quête derrière le Mur n’avait servi à rien.

À quoi servait le passé targaryen de Jon Snow ?

Jon Snow dans Game of Thrones // Source : HBO

C’est l’une des questions au centre de l’intrigue et qui reste malheureusement en suspens. Jon Snow est un Targaryen et l’héritier légitime du trône de fer. Tout l’arc qui permet au spectateur de le découvrir prépare le terrain pour une grande révélation qui pourrait faire de ce fait l’un des tournants de l’intrigue. Après tout, cacher Aegon Targaryen était l’un des actes les plus forts de Ned Stark.

Mais encore une fois, cette histoire développée sur plusieurs saisons, à grand renfort d’indices, de signes et de révélations n’a qu’un intérêt : créer une tension entre Jon et Daenerys. Ce n’est même pas pour sauver sa vie que Jon tue sa reine, il le fait dans un dernier acte de bravoure pour sauver le royaume et sa famille adoptive d’une guerre sans merci. En faisant de cette révélation un secret partagé par une demi-douzaine de personnages, Game of Thrones fait un choix mou. Et nul ne sait, en regardant le show, ce que le fait d’être un Targaryen signifie pour Jon, le royaume et le monde.

Que s’est-il passé du côté de Yara Greyjoy ?

Yara // Source : HBO

Dans les saisons où elle apparaît, Yara Greyjoy semblait être vouée à arriver au premier plan. La guerrière Ironborn joue un rôle clef dans la libération et la réhabilitation de son frère Theon. Elle vit une vie typique d’un personnage de Game of Thrones : conquérante, vaincue, trahie, prisonnière, libérée, vengeresse… Yara est un personnage avec du caractère et une destinée certaine. Alors quand on la voit prendre les voiles vers les Iron Islands, son fief, on l’imagine préparer son retour.

Et… rien. Le personnage de Yara, construit au milieu de Theon et d’Euron, qu’on attendait triomphant à la fin de la saison, est devenu un diplomate sans saveur. On ne sait pas ce qu’elle a fait de retour chez elle, ni où elle était lors de la bataille de King’s Landing. On ne connaît ni son présent, ni son avenir, ni ce qu’elle représentera pour Westeros. Comme tant d’autres personnages, Yara a été construite, bousculée et abandonnée, sans véritable but.

>> Le dernier épisode de la saison 8 a également fait naître de nombreux questionnements que nous n’avions pas jusqu’ici. On fait le point ici. 

Partager sur les réseaux sociaux