Alors que trois séries de super-héros ont été annulées par Netflix, Disney, qui en détient les droits, a laissé entendre qu'il pourrait les relancer sur son propre service de SVOD. Mais pas avant 2020.

Pour celui ou celle qui apprécie les œuvres mettant en scène des super-héros, 2018 a pu être un véritable ascenseur émotionnel.

Si au cinéma les longs-métrages projetés ont largement comblé les attentes des fans, avec Black Panther et tout son sous-texte politique, Ant-Man et la Guêpe et son propos très décontracté, et Avengers : Infinity War parce qu’il constitue le climax de l’univers cinématographique Marvel, l’ambiance était franchement moins à la fête côté TV.

La raison ? Une cascade d’annulation chez Netflix. Le géant du service de vidéo à la demande (SVOD) a annoncé en l’espace de quelques semaines l’annulation de trois séries télévisées : Iron Fist (le 15 octobre), Luke Cage (le 20 octobre) et Daredevil (le 29 novembre). Une hécatombe à laquelle ont pour l’instant échappé Jessica Jones et The Punisher.

Marvel’s Jessica Jones // Source : Marvel/Netflix

Une relance des séries par Disney ?

Pour autant, l’histoire télévisée de ces super-héros ne s’arrêtera pas là. Au détour d’un entretien accordé à The Hollywood Reporter le 18 décembre 2018, Kevin Mayer, l’un des pontes du géant du divertissement américain Disney, a lâché une petite phrase lourde de sens : les séries qui ont été annulées pourraient bien ressusciter… Mais elles continueront dans un nouvel environnement, celui de Disney, et pas Netflix.

«  Nous n’en n’avons pas encore discuté, mais je dirais que c’est une possibilité », a-t-il souligné, notant que « ce sont des œuvres de très grande qualité ». Il est vrai qu’il n’y a pas urgence : d’après Variety, les accords entre Netflix et Marvel (donc, Disney, la maison-mère) prévoient l’interdiction de réutiliser les super-héros sur une autre plateforme que Netflix pendant au moins 2 ans après leur annulation.

Daredevil // Source : Netflix

Guerre sur les contenus exclusifs

Mais au regard du jugement flatteur de Kevin Mayer à l’égard de la qualité de ces trois séries (que l’on nuancerait toutefois concernant Iron Fist, qui est l’œuvre la plus faible de ce qui a été proposé sur le service de SVOD), on ne voit pas pourquoi Disney se priverait de ces licences, qui sont installées dans le paysage médiatique et qui participent à une véritable OVNI cinématographique, le MCU.

Il faut par ailleurs rappeler que Disney va mener une guerre frontale contre Netflix sur le terrain de la SVOD.

Le géant du divertissement lancera sa propre plateforme concurrente, Disney+, d’ici fin 2019. Et il sait fort bien qu’il a en sa possession des contenus exclusifs qu’il peut brandir pour convaincre le public de s’abonner — c’est d’ailleurs ce que fait aussi Netflix pour être leader du marché. C’est le cas de Star Wars et des héros de Marvel (des séries seraient en chantier, d’ailleurs, tandis que d’autres ont été confirmées).

Partager sur les réseaux sociaux