Maintenant que Diablo IV est disponible, une anecdote à propos de Diablo III a été partagée. Elle concerne la nature initiale du projet, qui ressemble beaucoup à… Diablo IV.

Comme nous l’avons indiqué dans notre test complet, passer de Diablo III à Diablo IV reviendrait à quitter le cirque Pinder pour un musée des horreurs. En termes de ton, il y a une vraie rupture entre les deux opus. Et si on se réfère à tous les épisodes de la saga, c’est bien Diablo III qui dénote avec sa direction artistique plus cartoon, quand les autres misent sur une orientation gothique. Pourquoi ce changement ? Tout simplement parce que Diablo III est un projet qui a connu un reboot au cours de son développement, en raison de la disparition du studio qui travaillait dessus à l’origine. Blizzard North a fermé en 2005 à cause des difficultés financières de Vivendi, ex-maison mère.

Le Diablo III imaginé par Blizzard North // Source : purediablo.com
Le Diablo III imaginé par Blizzard North // Source : purediablo.com

C’est une anecdote révélée par David Brevik, ex-président de Blizzard North, dans des propos rapportés par PC Gamer le 6 juin. Et quand on lit ce qu’il dit sur ce qu’aurait dû être Diablo III, on découvre qu’il avait tout pour être le Diablo IV qu’on connaît aujourd’hui. Ainsi, Blizzard North envisageait d’en faire une expérience beaucoup plus connectée, inspirée des MMORPG, tout en gardant le ton sombre des deux premiers opus. Blizzard Entertainment n’a rien retenu de tout cela et le Diablo III officialisée en 2008 et lancé en 2012 sur PC n’avait plus rien à voir avec ce que voulait faire Blizzard North.

C’était le Diablo III envisagé à l’origine

Grands fans du jeu vidéo EverQuest, un MMORPG datant de 1999, David Brevik et son équipe voulaient s’en inspirer pour faire franchir un cap à la saga Diablo. Il indique : « Il aurait été la rencontre entre un RPG et un MMO, donc il aurait toujours été un jeu d’action, mais avec un contexte massivement multijoueur. Nous voulions créer un vrai monde plutôt qu’un simple endroit à visiter. Vous auriez vu d’autres aventuriers avec qui collaborer, ou vous auriez pu jouer en solo. La promesse était d’avoir des milliers de gens partager le même monde que le vôtre. »

Source : Blizzard
Diablo III. // Source : Blizzard

Cette description correspond parfaitement à Diablo IV, qui se déroule dans un monde ouvert connecté. On y croise d’autres joueuses et joueurs avec qui on peut effectuer rapidement une mission. Il y a même des événements aléatoires qui se déclenchent, voire des boss mondiaux à affronter à plusieurs sans jamais avoir besoin de forcer l’interaction. Toute cette surcouche MMO est absente de Diablo III, qui s’est enfermé dans un classicisme au point de ne pas remporter les suffrages (au-delà de l’aspect graphique discutable).

Il est intéressant de constater que Diablo III aurait pu être Diablo IV bien des années avant, en gardant en mémoire que ces ambitions élevées auraient pu être difficiles à matérialiser à l’époque. David Brevik le regrette-t-il ? « Je suis en paix avec mes décisions (…). On était très excités de le faire comme ça et je pense qu’il aurait été excellent. Mais tout ne s’est pas passé comme prévu. » David Brevik et d’autres vétérans de la saga Diablo avaient préféré quitter Blizzard North avant la grande débâcle, soit deux ans avant sa fermeture.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !