Emmanuel Macron a été réélu le 24 avril 2022. Il est attendu sur de nombreuses thématiques pour son prochain mandat, et les promesses qu’il a faites pendant sa campagne ne sont pas oubliées.

58,5 % des voix : Emmanuel Macron a été réélu face à Marine Le Pen, le dimanche 24 avril 2022. Son deuxième mandat ne va cependant pas commencer immédiatement. L’investiture des présidents, même réélus, est un rituel extrêmement codifié, et Emmanuel Macron devra suivre une cérémonie (qui doit avoir lieu entre le 27 avril et le 13 mai) avant de pouvoir commencer officiellement son second mandat.

Mais avant même que ce deuxième mandat ne commence, le président est attendu au tournant sur de nombreux sujets. Écologie, protection de l’environnement, transformation et innovation dans le secteur de la tech : voici les mesures proches de la ligne éditoriale de Numerama sur lesquelles le président sera le plus attendu pendant ce quinquennat.

Les promesses sur la tech

Emmanuel Macron n’avait pas formulé beaucoup de propositions sur le numérique pour cette élection, contrairement à ce qu’il avait fait en 2017, en basant une partie de son programme sur l’innovation et la tech. Seulement une petite dizaine de mesures sur les nouvelles technologies figuraient dans son livret de campagne pour l’élection de 2022. Parmi ces propositions, celles que nous avons retenues sont les suivantes :

  • Achever la couverture totale du territoire en haut débit : à l’heure où le télétravail se généralise et s’inscrit dans la durée, il est nécessaire d’assurer une bonne couverture en haut débit sur tout le territoire. C’est pour l’instant déjà largement le cas : les premiers plans de raccordement au haut débit ont été lancés en 2010, sous Nicolas Sarkozy, et la couverture totale du territoire en fibre figurait déjà dans le programme d’Emmanuel Macron en 2017. Aujourd’hui, sur 40 millions de foyers, 30 millions sont couverts par la fibre optique, et il y a désormais plus d’accès en fibre optique qu’en ADSL. Il reste néanmoins des endroits qui ne sont pas encore couverts par la fibre, et le président a fixé 2025 comme objectif pour que ces derniers lieux soient raccordés.
  • L’arrivée du « filtre anti-arnaque » : promis par Emmanuel Macron, ce filtre reste encore assez flou. Il devrait cependant permettre « d’avertir en temps réel tous les usagers d’Internet avant qu’ils ne se rendent sur un site déjà identifié comme potentiellement piégé ». Une solution qui pourrait aider les Françaises et Français à éviter les sites les plus louches et des opérations frauduleuses.
  • Le recrutement des 1 500 « cyber-patrouilleurs » : il s’agissait d’une mesure inattendue. Emmanuel Macron souhaite recruter 1 500 agents chargés de lutter contre la cybercriminalité. Leurs missions comprendraient la « prévision et la sensibilisation », et ces cyber-patrouilleurs seraient entre autres des « d’experts techniques ». Si on connait encore peu de choses sur eux, la cybersécurité est plus que jamais un domaine critique, et un plus grand nombre d’experts ne peut être que bienvenue.
  • Dans la même veine, l’augmentation des moyens accordés à cybersécurité : Emmanuel Macron mentionnait dans son programme qu’il voulait des « innovations de rupture » pour faire face aux menaces cyber. Il annonçait ainsi sa volonté d’augmenter les moyens de l’ANSSI, l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information.

Sur un sujet plus léger, on attend également de voir les futurs évènements esport organisés en France. Dans une interview accordée au média The Big Whale, le président expliquait vouloir accueillir « les plus grands évènements e-sportifs mondiaux » en marge des Jeux olympiques, organisés à Paris en 2024.

On attend de voir quels évènements esport vont avoir lieu en France // Source : Florian Olivo / Unsplash
On attend de voir quels évènements esport vont avoir lieu en France // Source : Florian Olivo / Unsplash

Les promesses d’Emmanuel Macron sur l’écologie

L’écologie et la protection de l’environnement sont des impératifs, et il est urgent d’agir afin de limiter le dérèglement climatique. Le programme d’Emmanuel Macron n’était pas le plus écologique des candidats — notamment face à celui de Yannick Jadot — mais il était sensiblement meilleur que celui de Marine Le Pen. Voici les mesures sur l’environnement que Numerama retient :

  • L’investissement dans l’agriculture pour décarboner le secteur : Emmanuel Macron propose des « investissements massifs dans l’innovation » du secteur agricole, notamment dans les domaines de la robotique, du numérique, ou encore dans la sélection variétale, le tout afin de faire baisser les émissions de gaz à effet de serre liées à l’agriculture. Le secteur étant responsable de 19% des émissions carbone en France, il est nécessaire d’agir.
  • La location de voitures électriques. C’était l’une des promesses du candidat : permettre à grande échelle la location longue durée de voitures électriques à moins de 100 euros par mois pour les Françaises et Français. Une idée qui permettrait d’aider les ménages à passer d’un véhicule polluant à une alternative décarbonée à bas prix.
La location longue durée de voiture électrique pour moins de 100e / mois sera-t-elle bientôt possible ?  // Source : Andrew Roberts / Unsplash
La location longue durée de voiture électrique pour moins de 100e / mois sera-t-elle bientôt possible ? // Source : Andrew Roberts / Unsplash
  • Investir dans l’hydrogène vert : l’hydrogène est un gaz utilisé dans de nombreuses industries, mais dont le processus de fabrication rejette encore beaucoup de gaz à effet de serre. Il est cependant possible de produire ce gaz de façon beaucoup plus écologique : c’est ce qu’on appelle l’hydrogène vert. C’est un secteur dans lequel Emmanuel Macron veut investir, afin de faire de la France un « pays leader » dans le domaine.
  • Développement de l’énergie renouvelable : Emmanuel Macron a proposé de construire 50 nouveaux parcs éoliens en mer d’ici 2050 et de multiplier par 10 la « puissance solaire » dans le pays. On espère cependant que certains de ces projets aboutiront avant.

Il n’y a pas que toutes ces mesures : pendant l’entre deux tours, Emmanuel Macron a répété à plusieurs reprises sa volonté de nommer un « Premier ministre climat ». Ce dernier (ou cette dernière, sait-on jamais) serait en charge de « la planification écologique ». On attend de voir.