Bruno Le Maire, annonce une mission sur les crypto-monnaies, confiée à un ancien sous-gouverneur de la Banque de France. Le ministre de l'économie et des finances dit vouloir refuser « les risques de spéculation et les possibles détournements financiers liés au Bitcoin ».

Elles s’appellent Bitcoin, Ripple ou encore Ethereum et elles font souvent la Une de la presse. « Elles », ce sont les crypto-monnaies, de l’argent dont la création et la gestion reposent sur l’utilisation de moyens informatiques et de formules mathématiques et qui peuvent être échangées contre des devises ayant cours légal. Et depuis quelques années, ces cyber-monnaies ont le vent en poupe.

Mais ce vent souffle un peu trop fort, au goût du gouvernement.

La preuve : alors qu’il présentait ses vœux à la presse, le ministre de l’économie et des finances, Bruno Le Maire, a annoncé la mise en place d’une mission sur les crypto-monnaies qui sera menée par Jean-Pierre Landau, ancien sous-gouverneur de la Banque de France, une institution connue pour ses critiques renouvelées envers le Bitcoin, via notamment l’autorité de contrôle prudentiel et de résolution.

CC Jason Benjamin

« Cette mission me proposera des orientations sur l’évolution de la  réglementation pour mieux en maîtriser le développement et empêcher leur utilisation à des fins d’évasion fiscale, de blanchiment ou de financement d’activités criminelles ou de terrorisme », a déclaré le patron de Bercy, qui explique vouloir refuser « les risques de spéculation et les possibles détournements financiers liés au Bitcoin ».

Par ailleurs, Bruno Le Maire a décidé de porter le sujet au niveau international en demandant à la présidence argentine du G20 qu’elle se saisisse de cette question.

Il reste à savoir quelles conclusions le rapport de Jean-Pierre Landau dira.

Refuser « les risques de spéculation et les possibles détournements financiers liés au Bitcoin »

On doute toutefois que le document qui sera produit soit très positif envers les crypto-monnaies, puisque l’ancien sous-gouverneur avait publié en 2016 une tribune dans le Financial Times alertant « contre la folie du Bitcoin » qu’il comparait à « la tulipe du 21ème siècle », en référence à la tulipomanie qui s’est manifestée au 17ème siècle par la hausse débridée des cours avant leur effondrement brutal.

Il convient toutefois de faire remarquer que si Bruno Le Maire manifeste une très nette circonspection à l’égard de ces devises électroniques, le ministre développe un intérêt pour certaines des technologies qui y sont associées. Sur la chaîne de blocs (blockchain), le ministre a pris une ordonnance autorisant son emploi pour l’échange de certains titres financiers.

Partager sur les réseaux sociaux