Le gouvernement français a obtenu de la plateforme américaine Odysee le retrait des versions françaises des médias d’État russes RT et Sputnik.

Un écran noir est tombé sur les chaînes RT France et Sputnik hébergées par la plateforme américaine de streaming. Depuis le 20 octobre 2022, l’accès aux contenus de ces deux médias russes est interrompu, laissant les internautes qui fréquentaient ces espaces face à un message indiquant l’indisponibilité des deux chaînes.

C’est la France qui a obtenu cet arrêt. Sur Twitter, Jean-Noël Barrot, ministre délégué chargé de la Transition numérique et des Télécommunications, annonçait le même jour avoir demandé à Odysee de cesser la diffusion des déclinaisons françaises de Russia Today et Sputnik. « Dans la lutte contre la propagande et la désinformation, nous ne cèderons rien », écrit-il.

Des diffusions interdites dans l’UE

Sur les deux chaînes, un message en anglais précise que ces diffusions constituent à la fois une infraction de la loi française pour la confiance dans l’économie numérique et une violation de la décision et du règlement du Conseil européen concernant des mesures restrictives contre la Russie, prises dans la foulée de son invasion de l’Ukraine le 24 février dernier.

Russia Today est une chaîne de télévision russe d’information en continu, financée par Moscou. Sputnik, quant à elle, est une agence de presse qui appartient au gouvernement russe. Dans un cas comme dans l’autre, elles sont perçues comme des outils de propagande au bénéfice du Kremlin. Elles sont ainsi régulièrement accusées de désinformation.

Le rappel à l’ordre adressé à Odysee survient alors que des articles de presse avaient montré les stratagèmes de RT et Sputnik pour continuer à être vus par un public français, malgré leur exclusion de l’espace informationnel européen. Ce bannissement faisait partie d’un ensemble de mesures visant à limiter l’influence et la pression de la Russie en Europe.

Malgré l’interdiction, RT France diffuse ses programmes en direct et en français via la plateforme Odysee, titrait ainsi RTL le 11 octobre. Odyssée, Rumble… Comment les pro-russes trouvent refuge sur des plateformes alternatives, relevait Le Figaro le 18. La présence de RT et Sputnik sur Odysee n’était pas tout à fait une surprise, au regard du profil de cette plateforme américaine.

Un havre pour les vidéos complotistes

Né en 2020, le site Odysee s’est très rapidement forgé une réputation de service permettant une liberté d’expression totale, ce qui a fait le bonheur de celles et ceux voulant produire ou regarder des vidéos conspirationnistes, notamment autour de la pandémie du coronavirus. C’est là, par exemple, que le film complotiste Hold Up a été vu sur Odysee, faute de pouvoir exister ailleurs.

Lancée par l’Américain Jeremy Kauffman, la plateforme a accueilli Donald Trumpexclu de bon nombre de réseaux sociaux après l’insurrection du 6 janvier 2021 à Washington — et se présente comme un YouTube libertaire, apolitique, se refusant à la censure. Si quelques contenus sont interdits, comme les appels à la violence, le site laisse passer beaucoup plus de propos que ses concurrents.

Avec le retrait de RT France et Sputnik d’Odysee, la France et l’Union européenne colmate une des rares brèches encore exploitées par ces chaînes pour atteindre leur public sur le continent. Il s’aligne aussi sur les mesures déjà en cours, qui incluent la suspension de la diffusion à la télévision, mais aussi l’invisibilisation des comptes sur les réseaux sociaux et le déréférencement de sites.