Sur son site web, Starlink propose de s'inscrire pour avoir des informations sur la disponibilité du service et annonce qu'un accès en bêta fermée est prévu au cours de l'été.

C’était en octobre dernier : alors que la constellation Starlink ne comptait que soixante satellites en orbite autour de la Terre, Elon Musk avait tenu à faire la démonstration de son caractère opérationnel. Il avait alors envoyé un tweet, à partir de son smartphone, et le message avait transité par les satellites, à plusieurs centaines de kilomètres d’altitude, avant de rejoindre le réseau social.

Cet essai, d’autres internautes pourront vraisemblablement le faire bientôt. Comme le fait remarquer ZDNet, la page d’accueil de Starlink a été actualisée avec l’apparition ces jours-ci d’un formulaire d’inscription pour obtenir les dernières actualités du service et connaître son éventuelle disponibilité dans sa zone. Une fois inscrit, un mail est envoyé précisant les quelques étapes à venir.

Une phase de test restreinte (bêta fermée) est attendue au cours de l’été, à une date qui n’est pas encore renseignée. Ensuite, ces essais seront étendus à un plus grand nombre de personnes (bêta publique), mais à une période indéterminée. L’an dernier, la présidente de SpaceX, Gwynne Shotwell, évoquait le lancement des services commerciaux de Starlink en 2020, mais le coronavirus a possiblement retardé ces plans.

Starlink inscription
Le formulaire d’inscription mis en ligne sur le site de Starlink.

Des milliers de satellites d’ici quelques années

Starlink dispose aujourd’hui un réseau de 538 satellites en orbite basse autour de la Terre, qui constituent autant de nœuds de communication prêts à fonctionner. Le dernier tir a eu lieu le 13 juin dernier, lors d’un vol partagé avec d’autres satellites. Le déploiement suit un rythme soutenu : six autres lancements ont eu lieu depuis le début de l’année et un autre se prépare bientôt.

Selon les estimations d’Elon Musk, une couverture minimale requiert aux alentours de 400 satellites opérationnels. Il en faut le double pour fournir un niveau de couverture correct. Chaque mission contenant en général une grappe de 60 satellites Starlink, le seuil des 800 engins sera atteint au bout de cinq tirs supplémentaires. Au rythme actuel, c’est une affaire de quelques mois.

Aujourd’hui, Starlink a l’autorisation des autorités de régulation américaines pour déployer 12 000 satellites en orbite autour de la Terre. Néanmoins, l’entreprise a soumis une requête pour pouvoir éventuellement en envoyer 30 000 de plus dans l’espace, pour un total de 42 000 nœuds de communication en orbite basse. L’entreprise justifie cette demande par ses projections, anticipant un besoin croissant de sa clientèle.

Partager sur les réseaux sociaux