Airbus entend faire voler un démonstrateur à propulsion hybride en 2020. Baptisé E-Fan X et conçu en partenariat avec Siemens et Rolls-Royce, il utilisera des moteurs classiques et des moteurs électriques.

L’E-Fan est mort, vive l’E-Fan X. Après avoir expérimenté un temps le projet d’un avion tout électrique, au point d’en développer un prototype fonctionnel, Airbus s’oriente désormais vers la conception d’un aéronef utilisant une propulsion hybride, mêlant à la fois des moteurs électriques et des moteurs à combustion. Le premier vol avec un démonstrateur est planifié pour 2020.

Par rapport à l’E-Fan qui faisait le pari du tout électrique, l’E-Fan X paraît sans doute moins spectaculaire en termes de rupture technologique et industrielle. Néanmoins, si l’on est dans l’optique de faire ensuite bénéficier l’aviation civile des avancées qui auront été obtenues avec ce nouveau prototype, cette voie semble plus pertinent. La marché est moins haute, ce qui la rend plus facile à gravir.

Et surtout, cela ne signifie pas que le développement des avions électriques est une voie sans issue : l’E-Fan X apparaît davantage comme une nouvelle étape intermédiaire, dont les résultats espérés devraient plus rapidement diffuser dans le secteur aérien, en tout cas dans des délais relativement réalistes en comparaison d’une bascule 100 % électrique qui frise le changement de paradigme.

Le prototype E-Fan.
CC wiltshirespotter

Siemens et Rolls-Royce en renfort

Pour la construction de l’E-Fan X, l’avionneur européen ne sera pas seul. Il sera épaulé par deux autres sociétés du Vieux Continent, Siemens et Rolls-Royce. En ce qui concerne le constructeur aéronautique, sa partie inclut l’intégration globale ainsi que de l’architecture de contrôle du système de propulsion hybride et des batteries, et de son intégration avec les commandes de vol.

L’entreprise allemande livrera les moteurs électriques, le système de distribution de puissance, le boîtier de commande électronique de puissance, l’inverseur et le convertisseur DC/DC. Quant à la société britannique, elle aura pour tâche de fournir le turbomoteur, le générateur, l’électronique de puissance et elle participera à l’adaptation de la soufflante à la nacelle existante et au moteur électrique.

avion-bae-146
Un avion British Aerospace 146.
CC aceebee

En attendant le vol du démonstrateur, Airbus, Siemens et Rolls-Royce vont se faire les dents en menant une campagne d’essais au sol avec un avion British Aerospace 146, qui comporte quatre réacteurs. L’un d’eux sera remplacé par un moteur électrique de 2 mégawatts. Puis, quand «  la maturité du système aura été démontrée », un second moteur électrique de même puissance sera installé.

Cette étape achevée, le démonstrateur E-Fan X prendra en quelque sorte la suite des opérations et celles-ci seront tout aussi importantes que les tests de fiabilité menés au sol : effets thermiques, gestion de poussée électrique, influence de l’altitude et de la dynamique sur les systèmes électriques, compatibilité électromagnétique sont autant de problèmes qu’il faudra surmonter.

Partager sur les réseaux sociaux