La mort annoncée de Flash Player pose la question de son utilité en 2017. Si les formats ouverts sont amenés à remplacer le lecteur multimédia propriétaire, certaines pages continuent d'adopter le format Shockwave Flash. Pour ces retardataires inconséquents, des solutions existent.

Se passer de Flash dès aujourd’hui — avant sa mort, attendue pour 2020 –, c’est possible et plutôt logique : la plupart des navigateurs, comme Chrome, Firefox, Edge, Opera et Safari désactivent par défaut le plugin.

Progressivement, les entreprises éditrices de navigateurs ont en effet rétrogradé Flash pour accélérer la disparition du format propriétaire .swf. Aujourd’hui, les rares contenus animés liés au plugin qui restent sur le web sont de fait invisibles, cachés par défaut par les navigateurs. En somme : il est déjà probable que vous n’utilisiez plus Flash sans le savoir.

Toutefois, et cela a toujours été le drame de Flash, des développeurs continuent de réaliser des pages web avec le programme.

Un format populaire en France

En France notamment, le format est très populaire et il apparaît que de nombreux services préfèrent continuer de développer avec cette antiquité qu’apprendre les bases de HMTL5.

C’est notamment le cas (scandaleux) de FranceTV, récemment lancé par le service public qui dépend, en 2017, de Flash…

Les grands du web, eux, ont déjà liquidé les derniers .swf qui se cachaient dans leur service : YouTube est intégralement disponible en formats ouverts et donc sans plugin. Il en va de même pour Facebook, Twitter, Google, Spotify, Netflix, etc. qui peuvent avoir besoin d’autres formats fermés, mais au moins, pas celui d’Adobe.

Flash : on peut s’en passer ?

Si le format est bien en voie d’extinction, il reste suffisamment de sites retardataires pour vous ennuyer de manière sporadique si vous décidez de vous passer tout à fait de Flash. L’option est donc désormais envisageable, à condition de se priver des replays du JT.

Pour ceux qui préfèrent aller vers un compromis, il est important de savoir que Chrome, comme Chromium, intègrent leur propre plugin Flash, plus sécurisé que celui d’Adobe. Ainsi, sans utiliser tous les jours le navigateur de Google, notez que sur Windows, macOS et GNU/Linux, ce dernier permet de se passer du player pour dépanner les quelques .swf que vous rencontrerez.

Côté Firefox, Shumway est également censé fournir une alternative au player. Mais cela marche moins bien que la solution Chrome/Chromium.

Gestion de Flash sur Chrome : désactivé par défaut, Pepper remplace la solution Adobe quand cela est nécessaire

Sinon, le plus simple reste encore de désinstaller — si ce n’est déjà fait — le plugin et de manquer les quelques fichiers animés que proposent des pages obsolètes. Croyez-nous : depuis que le HTML5 est simple et léger, personne ne regrette les Flash.

Partager sur les réseaux sociaux