25 juillet 2017 : Adobe tue Flash Player, fossile du web et logiciel haï. Malgré son impopularité, le player multimédia laisse derrière lui, un web changé.

Voilà : toutes les mauvaises choses ont une fin, même Flash Player.

Adobe a annoncé ce 25 juillet la mise à mort de son logiciel bien connu et désormais très vieillissant. L’éditeur américain explique sa décision en observant — mieux vaut tard que jamais — que les standards ouverts sont une bonne chose pour le web : « Les formats ouverts comme l’HTML5, WebGL et WebAssembly ont mûri ces dernières années, ils fournissent aujourd’hui la plupart des capacités et fonctionnalités que nos plugins ont inventé  ».

Horizon 2020

Dressant ce constat, l’éditeur explique qu’il a informé ses partenaires, Apple, Facebook, Google, Microsoft et Mozilla, que son bébé serait mis à mort. Dès 2020, Adobe compte en effet cesser le développement du programme déjà laissé pour compte. Après cette date, l’éditeur promet également de cesser de distribuer son plugin.

Le temps de la transition — pour les derniers fous n’ayant pas renoncé à Flash — est garanti par Adobe. D’ici à 2020, tout sera fait pour conserver un plugin fonctionnel et inviter les créateurs à trouver une alternative.

Avec émotion, nous regardons Flash quitter ce monde un jour après Paint — même si ce dernier survivra dans le Windows Store. C’est comme si un monde s’effondrait, et étrangement, nous n’allons pas le regretter. Vivement le web ouvert.

Partager sur les réseaux sociaux