Microsoft annonce le rachat de Xamarin, une société américaine qui facilite la création d'applications compatibles avec l'ensemble des plateformes mobiles.

Sous son règne, Satya Nadella a complètement revu la stratégie de Microsoft en étendant la disponibilité des services de la société aux plateformes concurrentes. Ce changement était nécessaire pour la firme de Redmond depuis son loupé dans le mobile et alors que les ventes de ses licences ont suivi la baisse des ventes de PC.

Les achats des applications Wunderlist (liste de tâches) et Sunrise (gestion de calendrier) confirmaient déjà l’ambition du géant américain d’attirer les usagers de toutes les plateformes au sein de son écosystème.

Qui plus est, Microsoft se constitue progressivement un vivier de développeurs capables de créer, en interne, des applications qui seront compatibles sur toute une série de systèmes. Dernier exemple en date, l’acquisition de Xamarin, qui vient d’être confirmée par Scott Guthrie, le vice-président en charge du cloud et des entreprises chez Microsoft.

Une acquisition logique et stratégique

Le Microsoft d’aujourd’hui propose gratuitement sa suite bureautique Office sur l’ensemble des OS mobiles, développe des claviers pour l’iPhone et implante son assistant personnel en profondeur sur Android.

En d’autres termes, si l’entreprise ne peut pas convaincre les gens d’utiliser son système d’exploitation, elle veut néanmoins rendre ses services omniprésents et indispensables. Dans cette logique, l’achat de Xamarin — pour un montant qui avoisinerait selon le Wall Street Journal les 400 à 500 millions de dollars — fait donc naturellement sens.

Capture d’écran 2016-02-25 à 15.21.21
Crédit image : Xamarin

Xamarin met au point des outils qui facilitent le travail des développeurs qui souhaitent proposer leurs applications sur plusieurs plateformes. « Xamarin permet aux développeurs d’exploiter tout le potentiel de .Net et du langage C# […] pour partager facilement leur code à travers des applications iOS, Android et Windows, tout en proposant une expérience native à chaque plateforme », confie Guthrie sur le blog officiel de Microsoft.

Ce n’est pas la première fois que la firme de Redmond travaille conjointement avec la start-up. Microsoft avait par exemple surpris lors de la Build 2015 en intégrant les outils de Xamarin au sein de sa plateforme de développement Visual Studio. L’entreprise avait également profité de la conférence pour sortir des versions épurées de Visual Studio, compatibles Linux et Mac OS X, ainsi que des passerelles pour porter les applications Android et iOS vers des applications Windows Universelles.

Si les projets Astoria et Islandwood n’ont pas motivé les développeurs à créer des versions Windows de leurs applications, cette dernière acquisition pourrait bien cette fois-ci les inciter à développer directement des applications multi-plateformes.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés