Désireuse d'aller un jour sur Mars, la Nasa a des idées et des technologies en cours de développement. Mais consciente que des pistes prometteuses peuvent exister ailleurs, l'agence met à disposition une plateforme pour recevoir les meilleures contributions.

Dans les vingt à trente ans à venir, il y aura très probablement une mission humaine vers Mars. Des agences spatiales comme la Nasa aux États-Unis et la CNSA en Chine ne cachent pas leurs ambitions d’envoyer un jour des spationautes surentraînés aller explorer la planète rouge. Dans un rapport, l’agence américaine présente d’ailleurs les grandes lignes de son plan.

Mais entre la théorie et la pratique, il y a un monde. Même si les meilleurs cerveaux de la Nasa sont amenés à réfléchir aux problématiques d’un voyage aussi lointain dans l’espace, à anticiper les soucis qui pourraient survenir à des millions de kilomètres de la Terre (pensez à Seul sur Mars et aux péripéties de Matt Damon), à optimiser les technologies et les calculs, des choses peuvent leur échapper.

Paysage martien
CC NASA/JPL-Caltech/Malin Space Science Systems

C’est pour cette raison que la Nasa lance l’initiative iTech, un programme qui consiste tout bêtement à faire appel aux contributions externes pour réfléchir à divers aspects de la vie (et de la survie) dans l’espace. N’importe qui peut soumettre ses idées : des startups aux universitaires, en passant par les administrations et les sociétés. Même les particuliers peuvent transmettre leurs propositions.

Pour l’heure, la Nasa cherche des suggestions dans cinq secteurs : les radiations (s’en prémunir et les atténuer), les systèmes d’assistance respiratoire (récupérer l’oxygène plus efficacement à partir du dioxyde de carbone exhalé par l’équipage), les sciences de la vie (pour faire avancer la recherche sur Terre), la santé (traiter les petits et gros pépins) et la propulsion (stockage et propulsion électrifiée).

Si par hasard vous avez l’intention de contribuer, ne tardez pas trop : la date limite des dépôts d’idées est fixée au17 octobre. La fenêtre de tir est donc plutôt étroite. Cela dit, la Nasa prévoit de réitérer l’expérience l’année prochaine, en suivant dans un cas comme dans l’autre tout un processus qui aboutira à une sélection de trois projets que la Nasa jugera intéressants et qu’elle soutiendra sur plusieurs mois.

Nasa iTech

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés