On a perdu le contact avec Mars, mais c’est normal. Pendant deux semaines, les communications entre la planète rouge et sa « jumelle » bleue sont perturbées. En cause ? Le Soleil. La Nasa préfère donc faire une pause dans les échanges avec ses rovers et ses sondes.

De temps en temps, la Terre perd le contact avec Mars. Non pas en raison d’une quelconque disparition mystérieuse de la planète rouge, mais à cause de la mécanique orbitale qui a lieu au sein du Système solaire. En effet, la trajectoire respective des deux planètes fait qu’elles sont parfois hors de vue l’une de l’autre.

La Terre et Mars sont gênés par le Soleil

Le « fautif » dans tout ça ? Le Soleil. L’étoile autour de laquelle la Terre et Mars gravitent pose une difficulté pour les communications quand les deux planètes se trouvent de chaque côté. L’évènement survient occasionnellement, car elles ne gravitent pas à la même vitesse autour du Soleil et ne se trouvent pas non plus à la même distance.

Cet épisode, que l’on nomme conjonction solaire, a, par exemple, eu lieu en 2021. Il est en train de revenir cette année, du 11 au 25 novembre, pointe l’agence spatiale américaine (Nasa) dans un billet de blog paru le 10. Cette période particulière impose d’observer une pause dans les échanges entre les satellites et les rovers sur place, d’une part, et les équipes restées sur Terre, d’autre part. Cela, le temps que Mars et la Terre redeviennent visibles l’une pour l’autre.

Conjonction solaire. // Source : NASA/JPL-Caltech
Le problème schématisé. Oui, ce n’est pas à l’échelle. // Source : NASA/JPL-Caltech

« Bien que la Nasa réceptionne d’ordinaire des notifications sur la santé de sa flotte martienne tout au long de la conjonction, il y aura deux jours où l’agence n’aura pas de nouvelles, car la planète rouge sera entièrement derrière le disque du Soleil », relève l’agence. Ce sera en somme quasi le seul échange qu’il y aura durant cette période.

La circulation de données pendant une conjonction solaire n’est guère recommandée : les gaz chauds et ionisés expulsés par le Soleil sont susceptibles de corrompre les signaux envoyés de la Terre vers Mars, et inversement. Or, des données dégradées peuvent fausser la lecture des mesures enregistrées sur place ou, pire encore, nuire aux commandes pour diriger les astromobiles.

La Nasa préfère donc temporiser le temps que la conjonction solaire passe, avec une pause dans les contacts. Cela n’aura pas une incidence énorme par ailleurs pour le suivi scientifique de la planète rouge : même si la voilure est brièvement réduite, les observations locales vont se poursuivre. En clair, la science va se poursuivre, malgré tout. La transmission pourra être décalée.

Tout rentrera dans l’ordre à la fin du mois et les données d’engins tels les deux rovers Perseverance et Curiosity, les sondes Odyssey, Maven et MRO et l’hélicoptère Ingenuity pourront de nouveau circuler dans l’espace. La prochaine interruption causée par une conjonction solaire est prévue dans deux ans. C’est la fréquence à laquelle elle revient.


Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !