La Nasa travaille avec la société Bigelow Aerospace pour mettre au point des habitats gonflables. Ces modules font partie des solutions envisagées par la NASA pour envoyer des astronautes dans des missions en orbite autour de la Lune ou vers Mars.

Quand elle envoie du matériel dans l’espace, une des principales préoccupations de la Nasa est l’économie de place. En effet, quand une société comme SpaceX facture la bagatelle d’un peu plus de 61 millions de dollars par lancement, on comprend que chaque centimètre carré compte. C’est pourquoi l’agence spatiale américaine travaille sur des modules d’habitats gonflables, qui pourront potentiellement être utilisés dans le cadre de missions martiennes ou lunaires.

Mais avant de se diriger vers les confins du système solaire, ces modules devront être testés plus proche de chez nous, sur la Station spatiale internationale. Le BEAM (pour Bigelow Expandable Activity Module) sera prochainement embarqué vers la Station spatiale internationale lors d’une mission de réapprovisionnement au sein du vaisseau cargo SpaceX Dragon. Un tweet publié hier soir par Space X montre d’ailleurs le BEAM alors qu’il est chargé dans son taxi spatial.

Le BEAM est conçu par Bigalow Aerospace, la même firme qui avait mis au point les modules gonflables Genesis I & II sur les bases du projet Transhab, développé par la Nasa au début des années 90 puis arrêté dix ans plus tard.

Une fois arrivé à l’ISS, le BEAM sera déchargé par le bras robotisé de la station et lié au reste de l’habitat. La vidéo dévoilée par la Nasa nous montre ensuite comment le module va s’étendre, passant d’un diamètre de 248 centimètres et d’une profondeur de 150 centimètres à un diamètre de plus de trois mètres soixante pour une profondeur de plus de trois mètres.

Une fois gonflé, le module devra faire ses preuves contre les conditions spatiales pendant deux ans. Les équipes de la station devront tester leur nouveau quartier et placer des sondes au sein de l’habitant afin de vérifier son étanchéité, sa durabilité dans le temps et sa résistance aux radiations cosmiques. Tout un programme.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos