L'icône pop David Hasselhoff a accepté de donner de sa personne pour tourner dans un court-métrage scénarisé par l'IA Benjamin, déjà responsable d'un script de court. Le résultat ? Une œuvre de science-fiction qui reprend tous les codes de l'inimitable univers Hasselhoff.

Difficile de faire plus kitsch et plus culte que David Hasselhoff dont le physique, les chansons et les rôles ont bercé les années 1980. Devenu icône de ce monde révolu fait de néons et de maillot de bain rouge vif, l’acteur se joue désormais de cet imaginaire en le prêtant à différents projets. Ainsi, nous avons pu le retrouver dans Kung Fury et plus récemment dans Les Gardiens de la Galaxy, vol. 2. Cette fois-ci, c’est à une intelligence artificielle que l’acteur a prêté ses talents.

Cette dernière, répondant au nom de Benjamin, a déjà écrit un autre scénario l’année passée, Sunspring, diffusé par Ars Technica. En ingurgitant de très nombreux scripts, le réseau neuronal pouvait ensuite écrire sa propre œuvre en apprenant des réflexes du bon scénariste.

Cette fois-ci, le travail de l’IA a légèrement changé. Plutôt que d’apprendre des scripts, la machine a dévoré des milliers de fichiers de sous-titres pour améliorer son écriture de dialogue et fluidifier son style. La réalisation a donc été assurée, sans IA, par Oscar Sharp.

Au bout du processus, c’est non seulement un court-métrage de sci-fi qui reprend les codes de l’univers Hasselhoff — soulignons que l’IA a dévoré tout Knight Rider et Alerte à Malibu — mais également une œuvre qui interroge. En effet, le scénario de It’s No Game nous parle d’un futur dans lequel les scénaristes seront remplacés par… des machines.

La mise en abyme est totale. Le film est à découvrir gratuitement.

Partager sur les réseaux sociaux