Une étude japonaise souligne la crainte de plus en plus forte des IA parmi les artistes japonais. Entre les créateurs de mangas, d’animes et d’autres œuvres, c’est une large partie de la pop culture du pays qui s’inquiète.

Le Japon est un pays réputé pour être à la pointe de la technologie, parfois même en avance sur notre époque. À ce titre, la révolution représentée par les intelligences artificielles est suivie de près au pays du Soleil Levant. Si certains Japonais prônent les avantages considérables de cette technologie, d’autres affichent leur inquiétude vis-à-vis des IA.

C’est le cas des artistes japonais. Dans un sondage de l’Association des Artistes du Japon (Arts Workers Japan Association) mené auprès de 25 000 artistes, 94 % d’entre eux déclarent être « inquiets que l’IA puisse avoir des effets négatifs sur les droits d’auteur ». Selon l’information, partagée le 16 mai 2023 par Anime News Network, les créateurs japonais ont déjà fait part de mauvaises expériences liées aux usages de cette nouvelle technologie. Du vol de leurs créations et leur distribution sur des sites étrangers à l’utilisation d’enregistrements vocaux altérés et revendus, l’IA est régulièrement utilisée sans le consentement des artistes, provoquant de vrais désagréments de droits d’auteur.

Des mangakas face aux IA difficiles à encadrer

Dans l’industrie du manga et de l’animation, l’IA suscite autant d’engouement que de crainte. Dans une interview datant du 3 mai 2023, pour le site japonais 4Gamer, le mangaka Junji Ito, réputé comme l’un des maîtres du manga d’horreur, a exprimé sa crainte. Il s’inquiète de voir un jour « des mangas dessinés par une IA qui pourra un jour faire quelque chose de mieux que ses propres créations ». Même Ken Akamatsu, un mangaka reconverti en homme politique, pousse depuis plusieurs mois pour une législation afin de mieux contrôler l’impact de l’IA sur le travail des mangakas.

En parallèle, d’autres surfent sur la vague de l’IA. En janvier 2023, l’éditeur Bunch Comics a annoncé la sortie au Japon d’un manga dessiné de A à Z par Midjourney. Mais, les lecteurs y ont rapidement trouvé une ressemblance artistique avec Tokyo Ghoul, un manga réalisé par Sui Ishida.

Peach John, manga illustré par IA. // Source : Rootport
Peach John, manga illustré par IA. // Source : Rootport

Dans le domaine de l’animation également, l’IA suscite l’intérêt des studios. En février 2023, Netflix s’est fait remarquer avec Dog & Boy. Dans cet anime, la plateforme de streaming et le studio d’animation Wit Studio (L’Attaque des Titans, Vinland Saga) ont utilisé une IA génératrice d’images pour réaliser les décors en fond. Soit un aspect non négligeable dans le processus de création d’un anime.

Les personnages ont bien été réalisés par des artistes humains. Cependant, ces derniers n’ont pas reçu de rémunération financière pour les retouches qu’ils ont réalisées sur les décors générés par l’IA. Ils ont simplement été crédités à la fin de l’anime par la mention « IA (+ Humain) ». Une manœuvre qui pourrait s’expliquer par la volonté de Netflix et de Wit Studio de faire des économies sur les salaires, en recourant à l’intelligence artificielle — alors que les salaires des artistes sont déjà précaires.

Bientôt des IA aussi créatives que les mangakas ? Pas sûr

Pour autant, l’usage des intelligences artificielles dans les secteurs des mangas et des animes pourrait bien faire face à des obstacles importants. Si les IA sont capables de créer des histoires, voire bientôt des films selon Joe Russo, il leur manque encore bien souvent la capacité d’imagination sans limites des artistes. Un constat qui s’applique particulièrement aux mangas et aux animes.

Des histoires comme celles de One Piece, L’Attaque des Titans ou encore Death Note sont connues pour multiplier les surprises et développer des intrigues originales, parfois difficiles à comprendre. Aussi loin qu’iront les IA, il semble encore délicat d’imaginer qu’elles pourront produire des œuvres aussi sophistiquées.

L’essor des IA bouleverse les écrivains à travers le monde. Dans sa nouvelle newsletter Artificielle, Numerama explore cet impact de l’intelligence artificielle, et bien d’autres. Un contenu écrit par ChatGPT, vérifié par la rédaction, à retrouver chaque semaine dans votre boite mail. Pour s’abonner, c’est juste en dessous :

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !