De plus en plus de sociétés intègrent dans leurs équipes des game designers pour ludifier le travail et la vie en entreprises. En quoi ça consiste ?

Souvent défini comme une activité improductive, le jeu « n’a pas d’autre sens que lui-même » selon Roger Caillois dans son essai Les jeux et les hommes. Et si l’état ludique pouvait cependant amener à une productivité collective ? De nombreuses grandes entreprises font aujourd’hui de plus en plus appel à ce qu’elles appellent des experts en gamification, des personnes avec une formation de game designer dont les tâches sont multiples.

Ludifier la relation entre collaborateurs, créer de l’appétence pour un produit, trouver ce petit plus interactif qui transforme des réunions de salariés classiques en de véritables bouillon d’activité créative, c’est désormais le métier de Nathan Scheire, expert en gamification pour le groupe La Poste. En conférence à l’occasion de la rencontre entre écoles et professionnels organisée par le SNJV, le game designer explique comment une formation autour du jeu vidéo intéresse désormais des secteurs plus généraux.

La culture jeu vidéo en entreprise, un métier émergent

Depuis quelques années les entreprises cherchent à tout prix à créer de l’émulation autour de leur produit, leur application, ou simplement favoriser la productivité de leurs collaborateurs durant leurs heures de travail. De nombreuses marques s’orientent désormais vers une mécanique de gamification de leurs activités. Des nouveaux métiers naissent alors, et la culture du jeu vidéo s’exporte petit à petit vers des industries tierces.

« La grande force de l’industrie du jeu vidéo dans son évolution globale ainsi que dans ses nouveaux métiers, c’est qu’elle est perméable aux formations classiques. », étaye Nathan Scheire. « J’ai pu travailler avec des cadres dirigeants qui ne savaient pas comment donner un coup de boost à leur application ou augmenter les téléchargements, et qui apprennent un peu par hasard l’existence de Pokémon Go et de son succès. Là dans ce cas, tout le monde se tourne vers moi et me dit : « c’est quoi ? »  »

L’effervescence de l’application de Niantic n’est en effet pas restée confidentielle bien longtemps. Les yeux rivés sur un succès qu’ils ont du mal à saisir, les cadres cherchent désormais des personnes capable de produire des interactions nouvelles pour créer une dimension ludique à leurs activités. « Quand je leur ai expliqué comment ça fonctionne, ils avaient du mal à croire que ça marchait mais ils en avaient la preuve devant leurs yeux. » poursuit Nathan Scheire. « Ils avaient la preuve qu’en rajoutant des créatures mignonnes, en rajoutant de la gamification et des mécaniques de collection, un univers, une image de marque, on arrivait à faire faire à des gens des choses qu’ils n’auraient jamais faites en temps normal. »

Des personnes comme Nathan Scheire, avec un profil issu de la culture du jeu vidéo, sont donc devenues des atouts dans une équipe et intéressent les plus grandes firmes. « Ils aimeraient qu’on trouve des manières différentes de travailler et de faire participer les collaborateurs entre eux, développer des techniques managériales par le jeu. Je ne m’y attendais pas en faisant ce métier, mais j’ai par exemple créé un jeu de plateau édité en interne à La Poste et donc accessible à 260 000 collaborateurs. Environ 20 000 personnes vont jouer chaque semaine à ce jeu en formation. »

Qu’attendent les entreprises en adoptant les mécaniques du jeu vidéo ?

Les entreprises commencent en effet à tenir compte du nombre de joueurs toujours plus grand d’années en années. Pour le cas de la France, le S.E.L.L. estime que 52 % des foyers français jouent aux jeux vidéo. Au-delà de la dimension numérique et dans un cadre plus global, Nathan Scheire explique que, même en entreprise, on peut observer des aspects du jeu chez une personne qui paraît extrêmement fermée. « Elle va par exemple ranger ses stylos par taille, ou des petites choses de ce genre. Ce sont des mécanismes ludiques qu’elle a en permanence », détaille-t-il.

Apprendre à repérer ces états de jeu, jauger des caractères et des personnalités extrêmement variées face à la question ludique sont là les enjeux principaux du travail du game designer. Et pourtant, Nathan Scheire est souvent confronté aux préjugés de l’activité ludique, perçue comme une distraction inutile, non productive et réservée aux enfants.

« La plupart des gens vont dire : « moi je ne joue pas, il n’y a que les enfants qui jouent. » Sauf que quand on regarde par exemple les premiers chiffres de la bourse, que le salarié va dire qu’il a réussi à « coincer » le client, il joue. À mon avis, il faut avoir une grande compétence d’écoute pour savoir déceler le joueur qui est derrière chaque personne. C’est le plus grand paradoxe auquel j’ai affaire dans mon expérience. Les gens veulent que les choses changent sans changer eux-mêmes, les gens veulent de la gamification sans forcément lâcher prise et accepter cet état ludique. »

Le game designer effectue par exemple des activités ludiques pendant des réunion de collaborateurs. Pour une réunion de 3 heures sur la construction d’image, l’expert a établi un scénario sur le fait que des entrepreneurs du Qatar avaient décidé de construire une ville dans le désert et que deux des collaborateurs allaient être sélectionné pour en faire la promotion. « En rajoutant de la compétition, des épreuves, et un chronomètre, on a eu environ 60 à 80 % de travail supplémentaire en un temps donné », conclut Nathan. « Ce qui est passionnant en tant que game designer, c’est que dans mes expériences, je vois en temps réel les réactions et les impacts sur le joueur. »

Une transition encore lente mais sur la bonne voie

Pour Nathan Scheire, le plus important est d’instaurer une relation de confiance entre le game designer et le reste des ses collaborateurs en entreprise. Pour ces derniers, dont le domaine de compétence est totalement en-dehors du milieu du jeu vidéo, les questions de l’activité ludique, de ces enjeux, son efficacité et le travail même de game designer sont bien souvent des notions abstraites.

La route continue de se paver petit à petit et de nouvelles problématiques émergent. « Il faut faire comprendre que le métier du jeu vidéo, que ce n’est pas juste des gens qui aiment jouer, qui ont une appétence ludique et de la créativité » résume le game designer.

Il poursuit : « Quand on est game designer, que ce soit pour le jeu vidéo, le jeu de plateau ou autre, il faut savoir qu’on analyse chaque paramètres, chaque contexte et que chaque mot compte. Quand j’organise une séance de 3 heures où les participants jouent à une sorte de jeu de rôle, il vaut que je veille à respecter un certain temps, une certaine énergie, qu’il n’y ait pas trop ou pas assez de compétition.  »

Avec l’émergence de ce type de nouveaux métiers, les entreprises qui fournissent du conseil cherchent de plus en plus de personnes qui ont un bagage leur permettant de mettre en place une gamification. Dans une entreprise aujourd’hui, que ce soit en interne ou auprès de leurs clients, au moment du développement d’une application, d’un nouveau service ou d’un nouveau produit, la marque va chercher comment susciter l’intérêt de leurs employés ou de leur clientèle.

Les cadres ont donc besoin de personnes qui comprennent comment fonctionne la culture d’entreprise, son langage, et qui maîtrisent à la fois cet univers ancré du jeu vidéo et pourquoi pas du jeu en général. « Alors pourquoi pas de nouvelles formations là-dessus ? », propose Nathan Scheire. En quoi le jeu vidéo serait-il plus à même d’être intégré dans une équipe managériale, plus qu’une autre activité ludique ? Il possède cet avantage d’être un média numérique. « C’est ce qui leur a plu dans mon profil, j’étais en effet le seul à connaître un peu le fonctionnement du développement informatique et de sa chaîne de production ».

Une polyvalence qui pèse désormais de plus en plus dans le choix des collaborateurs.

Partager sur les réseaux sociaux