Samsung avait obtenu de YouTube qu'il bloque une vidéo dans laquelle un moddeur de GTA 5 détournait le jeu pour faire exploser des Galaxy Note 7 dans la rue. La vidéo a été rétablie deux jours plus tard.

On comprend que ça ne fasse pas rire Samsung, mais la réponse était disproportionnée. Mercredi, le fabricant sud-coréen a obtenu de YouTube qu’il désactive l’accès à une vidéo parodique, qui utilisait le moteur de Grand Auto Theft 5 (GTA 5) pour se moquer des Galaxy Note 7 dont la batterie explose.

YouTube a accepté la demande et affiché un message qui disait que «  cette vidéo n’est plus disponible en raison de réclamations de droits d’auteur par Samsung Electronics America Inc. et ses filiales ».

samsung-youtube-ihc

La vidéo montrait une modification du jeu GTA 5, dans laquelle des explosifs sont remplacés par un modèle 3D du Galaxy Note 7. Le joueur commence par entrer dans une armurerie pour acheter quelques téléphones à la batterie défectueuse, puis se met à attaquer en pleine rue en jetant les téléphones sur des voitures ou en les plaçant au sol pour qu’ils explosent à la manière de mines anti-personnelles.

Le logo de Samsung était clairement visible sur la vidéo, et c’est sans doute cela qui a agacé les juristes trop zélés de la firme, aux États-Unis. Mais il n’y avait là pourtant aucune violation du droit d’auteur, ou même du droit des marques. Aux USA comme en France, le droit à la parodie est supérieur au droit d’auteur et au droit des marques. Concernant le droit d’auteur, il est garanti à travers la notion du « fair use » du droit américain, et plus explicitement en France par l’article L122-5 du code de la propriété intellectuelle, qui interdit d’interdire « la parodie, le pastiche et la caricature, compte tenu des lois du genre ». Quant aux marques, elles visent à éviter la confusion du consommateur, mais personne ne peut prendre le modèle 3D intégré à un jeu vidéo pour un véritable téléphone Samsung.

Ce vendredi, après que l’affaire a commencé à faire du bruit, la vidéo a finalement été remise en ligne par Youtube. Son créateur, Modded Games, ayant fait appel de la décision de Youtube. Mais comme toujours dans de tels cas, la filiale de Google n’explique pas pour quelles raisons elle a considéré par défaut que la demande de Samsung était légitime, ni n’indique si des sanctions quelconques seront prises pour abus de la procédure de demande de retrait des vidéos.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos