Un faux compte Twitter censé représenter le Parti républicain dans le Tennessee a pu publier des fake news et des messages politiques pendant près d'un an, en pleine campagne présidentielle américaine, sans être inquiété par le réseau social. Celui-ci a fini par le supprimer en août 2017, alors qu'il avait été alerté à plusieurs reprises.

Parmi les différentes plateformes ciblées par l’Internet Research Agency, une « ferme à trolls russe » qui a tenté d’influer sur le cours de la campagne présidentielle américaine — à l’aide par exemple de publicités ciblées sur Facebook –, Twitter a notamment servi de relais efficace.

Un faux compte censé représenter l’antenne locale du Parti républicain dans le Tennessee est particulièrement emblématique de cet effort payant, à en juger par ses 136 000 abonnés et les personnalités influentes du monde politique qu’il a su duper, comme le révèle BuzzFeed.

Intitulé @TEN_GOP et créé en novembre 2015, il était bien plus populaire que le véritable compte local du Grand Old Party (GOP), @tngop, qui compte seulement 13 400 abonnés. Les gérants du faux compte y relayaient des sujets politiques visant à provoquer de vifs débats, comme un tweet se félicitant de la mort « méritée » d’Afro-Américains tués par la police.

Le compte recourait aussi aux fake news : il a notamment utilisé une photo de la parade de victoire des Cleveland Cavaliers pour la présenter comme un rassemblement de soutiens venus écouter Donald Trump. Plusieurs figures importantes du monde politique ont déjà retweeté certains messages, à l’instar de Kellyanne Conway, proche conseillère de Donald Trump, de son fils Donald Jr. ou de Michael Flynn, futur ex-conseiller à la sécurité nationale du président américain.

En activité pendant près d’un an

« Ce [compte] n’avait aucun lien avec nous, c’était vraiment trompeur » explique Candice Dawkins, responsable des communications du Parti républicain à l’échelle du Tennessee. Il est pourtant resté en activité pendant près d’un an. Et ce n’est pas faute d’avoir tenté de faire suspendre cet usurpateur : en septembre, mars et août 2017, la véritable antenne locale du Parti républicain a signalé le compte à Twitter, sans réaction.

En février 2017,, le compte a en revanche changé sa description de profil, abandonnant le « j’aime Dieu, j’aime mon pays » au profit d’une présentation plus fidèle : « Twitter non-officiel des Républicains du Tennessee. Nous couvrons l’actualité chaude, la politique nationale, étrangère et plus. »

Twitter a fini par le supprimer à la fin du mois d’août 2017, suscitant des réactions outragées de plusieurs internautes d’extrême droite, notamment sur le sous-forum « The Donald » de l’espace de discussion Reddit.

Contacté par BuzzFeed, Twitter n’a pas souhaité revenir sur cette affaire. Le réseau social devra en revanche se montrer plus prolixe à l’occasion de son audition au Congrès, prévue le 1er novembre, au cours de laquelle il est censé témoigner — au même titre que Facebook et Google — sur l’influence russe en ligne pendant la campagne présidentielle de 2016.

Partager sur les réseaux sociaux