Twitter empêche désormais de retweeter un article facilement et invite à commenter ce que vous partagez.

Vous ne pourrez plus retweeter aussi facilement un tweet — au moins jusqu’au 4 novembre, jour des élections présidentielles américaines. Le réseau social connu pour les prises de position rapides de ses utilisateurs et une circulation effrénée de l’information a décidé, le 21 octobre, d’ajouter de la friction dans son mécanisme le plus basique : le retweet. Pour qui n’utiliserait pas le réseau social, cette action permet de partager à ses abonnés la publication d’un autre compte. C’est la manière la plus efficace de viraliser une information… ou de la désinformation.

Comme nous l’avons constaté sur nos comptes, le bouton « retweeter » déclenche désormais une autre action : retweeter avec un commentaire. Dans cette configuration, Twitter autorise l’utilisateur à commenter le retweet qu’il fait. Le problème, c’est que quelques fois, cette action est utilisée pour entraîner des mécaniques de harcèlement ciblé : faire un « Quote Retweet » permet de désigner l’auteur ou l’autrice d’un tweet à sa communauté et est à l’origine de plusieurs histoires sordides de « raid ». La fonctionnalité n’a dès lors pas la meilleure presse parmi les utilisateurs du réseau social, même si on comprend aisément la démarche : devoir s’arrêter, questionner l’action de retweeter et peut-être annuler son retweet est le but recherché par Twitter.

Un effet positif sur la viralité des informations ?

Twitter bloque le retweet // Source : Montage Numerama

Twitter bloque le retweet

Source : Montage Numerama

Difficile de prévoir si cette nouvelle configuration aura un impact sur la propagation des fake news. D’autant que le retweet n’est pas complètement inaccessible : il vous suffit de ne rien écrire dans le champs qui vous demande d’ajouter un commentaire et d’appuyer sur le bouton Retweeter pour créer un retweet normal, sans citation par-dessus. La fonctionnalité n’est donc pas supprimée, mais demande plus d’effort pour être utilisée.

Cette fonctionnalité, qui a été annoncée début octobre 2020, fait partie d’un série de mesures déployées par Twitter pour éviter que l’élection américaine soit perturbée par des groupes de propagande, notamment étrangère, sur le réseau social. D’autres mesures concernent même les candidats : ils ne pourront pas affirmé avoir gagné l’élection avant qu’une autorité supérieure déclare officiellement le vainqueur.

Plus tôt dans l’année, Twitter avait déjà commencé à mettre des messages d’alerte pour inciter les personnes à lire les articles qu’ils retweetent.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !