Le youtubeur Baptiste Mortier-Dumont, connu sous le pseudonyme Experimentboy, a été débouté de sa demande de retrait de l’enquête que Numerama avait menée et publiée en 2020. Il s’agit d’une reconnaissance importante de la qualité du travail d’enquête que mènent les journalistes de notre média et une victoire pour la liberté de la presse.

Après plus de trois ans de procès, la justice a débouté le 21 mars 2024 le youtubeur dit « Experimentboy ». Il avait attaqué Numerama en justice, trois ans et demi plus tôt, après la parution de notre enquête intitulée « Il faut que ça cesse » : enquête sur ExperimentBoy, Youtubeur accusé de corruption de mineurs.

Le tribunal judiciaire de Metz, Première chambre civile, a ainsi débouté en première instance Baptiste Mortier-Dumont de « ses demandes de retrait, de publication sous astreinte et de dommages et intérêts sous astreinte (…) à défaut pour lui d’établir une atteinte à la présomption d’innocence. »

Le youtubeur, par voix de son avocat, demandait 100 000 euros à titre de dommages et intérêts et la suppression de l’enquête menée par Numerama du site d’information en ligne.

Numerama s’était déplacé pour l’audience, le 18 janvier dernier, au tribunal judiciaire de Metz, aux côtés de notre avocate, Me Valentine Rebérioux. M. Mortier-Dumont n’y était pas présent. Le jugement n’est pas définitif, il dispose d’un mois pour faire appel.

Cette première décision est une salutation importante de la qualité du travail d’enquête fourni par Numerama et ses journalistes. Il nous apparait important de la rendre publique auprès de nos lecteurs et lectrices, ainsi qu’à toutes les personnes, victimes ou témoins, qui nous accordent et accorderont leur confiance.

Ce que contenait notre enquête concernant le youtubeur Experimentboy

Il y a près de quatre ans, le 19 août 2020, notre média publiait un article à propos du youtubeur français Experimentboy, suivi par 1,16 million d’abonnés et abonnées sur la plateforme.

Capture d’écran 2024-03-26 à 10.30.39

Cette enquête prenait racine dans le mouvement #BalanceTonYoutubeur, lancé dans le contexte post-MeToo de libération de la parole et de l’écoute. À l’été 2020, Numerama a tiré ce que nous appelions à l’époque une « pelote de laine géante », retraçant et recoupant une dizaine de témoignages de garçons, certains mineurs à l’époque des faits présumés, accusant le youtubeur d’actes punis par la loi.

Experimentboy, suivi par de nombreux fans en ligne sur YouTube, mais aussi sur Twitter et Discord, aurait usé de sa notoriété pour faire des avances à des jeunes adolescents, leur envoyer des messages, photos et vidéos sexuelles de lui et en demander en retour. Le vidéaste était majeur. Il a aujourd’hui 30 ans. Baptiste Mortier-Dumont est présumé innocent des faits présumés relatés dans l’article de Numerama.

Extraits du jugement du tribunal judiciaire de Metz

« À la lecture de l’article, il apparaît que son auteure a exposé les circonstances de l’affaire de manière objective sans jamais présenter la culpabilité du demandeur comme acquise puisqu’elle a donné à entendre la parole des victimes puis celle du mis en cause sans jamais laisser supposer que celui-ci avait été d’ores et déjà confondu, partant que la culpabilité de l’intéressé aurait été tenue pour acquise avant qu’il ne soit jugé, le fait même que, de manière parfaitement contradictoire, l’article s’achève par ses dénégations et le rappel de la présomption d’innocence, laissant une place suffisante au doute », peut-on lire.

« Dès lors, il est établi que cette publication sur un site d’un média de référence sur l’innovation technologique et la société numérique s’inscrit dans une actualité portant sur la dénonciation de tels actes au sein de l’internet et dans un débat d’intérêt général qui justifie que la liberté d’expression soit respectée et que l’atteinte susceptible de lui être portée pour assurer le droit à la présomption d’innocence soit limitée, ce dont il doit être également tenu compte dans la mise en balance des intérêts en présence de sorte que toute condamnation en l’espèce caractériserait une atteinte disproportionnée à l’information du public.»

Comment contacter Numerama

Numerama poursuit au quotidien son travail d’information d’intérêt général, soutenu par les adhérents et adhérentes à Numerama+. Dans la newsletter exclusive ToujoursPlus de ce mercredi 27 mars 2024, nous racontons les coulisses de cette enquête ainsi que du procès.

  • Nous disposons d’une adresse mail pour les signalements, anonymes ou non : [email protected].
  • Vous pouvez aussi contacter les journalistes de la rédaction par mail : [[email protected]]
  • Ils et elles sont également disponibles sur X (ex-Twitter)

Les dernières enquêtes de Numerama

Chaque semaine, Numerama sort également des informations exclusives sur les milieux de la tech et de la cybersécurité, regroupées dans notre rubrique « Information Numerama ».

Cet article existe grâce à

Cet article a pu voir le jour grâce au financement de nos adhérent·e·s, offrant le temps et les ressources nécessaires à la production d’une information de qualité. Numerama+ permet à Numerama de rester gratuit et éviter de verrouiller le web derrière un mur payant.

Zéro publicité, meilleur confort de lecture, articles résumés par l’I.A et plus encore... Si vous souhaitez soutenir la mission de Numerama et profiter de nombreux avantages exclusifs, adhérez à Numerama+.

Découvrez Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.