Apple et Samsung resserrent leurs liens. Les deux entreprises ont conclu un accord concernant la production des processeurs qui équiperont les prochains terminaux de la firme de Cupertino. Le groupe sud-coréen devrait en assurer la majorité, selon la presse locale, tandis que la firme taïwanaise TSMC s'occuperait du reste.

Apple et Samsung savent très bien où se situent leurs intérêts. Malgré la terrible guerre commerciale qui les oppose, les deux entreprises sont de très proches partenaires sur le plan industriel. Depuis le lancement du tout premier iPhone en 2007, la conception des processeurs pour les smartphones et les tablettes du groupe américain a systématiquement été confiée à l'entreprise sud-coréenne.

La seule exception à cette règle concerne la puce A8, qui équipe les deux derniers smartphones du groupe (iPhone 6 et iPhone 6 Plus), et sa variante, la puce A8X, qui figure dans l'iPad Air 2. Ces deux processeurs sont en effet développés par le groupe taïwanais TSMC, dans le cadre d'une politique visant à réduire la dépendance d'Apple vis-à-vis de Samsung, qui lui coute assez cher.

Mais il faut croire que les efforts d'Apple d'échapper un tant soit peu à l'omniprésent Samsung n'ont pas produit les effets escomptés. Car à en croire les informations du Korea Times, non seulement leur relation va se poursuivre, mais elle devrait même se renforcer dans les années à venir. Le quotidien affirme en effet qu'un accord a été signé entre les deux parties à propos de la production des futurs processeurs.

En 2016, Samsung devrait avoir à gérer la la conception de 80 % des puces qui seront intégrées dans les prochains modèles d'iPhone et d'iPad, tandis que TSMC se chargerait des 20 % restants. Le travail de Samsung se ferait en coopération avec GlobalFoundries, qui est l'une des plus principales fonderies de semi-conducteurs indépendantes dans le monde, et qui se trouve aux USA.

Les raisons qui ont conduit Samsung et Apple à impliquer GlobalFoundries dans l'accord ne sont pas tout à fait claires.

Est-ce pour soutenir le groupe sud-coréen à tenir l'exigeant rythme de production destiné à répondre à la demande très forte qui se manifeste à chaque fois qu'un iPad ou un iPhone arrive sur le marché ? Ou bien est-ce dans le cadre d'une politique visant "produire américain" ? Apple a en effet décidé à partir de 2012 de relocaliser certaines opérations aux USA. Peut-être est-ce un peu des deux.

L'accord entre les deux parties est en tout cas d'une très grande valeur, selon Korea Times, qui l'évalue à plusieurs milliards de dollars.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés