Les relations entre Apple et Samsung n'ont sans doute jamais été aussi tendues. Engagées dans une bataille judiciaire et rivales sur le marché des smartphones et des tablettes, les deux entreprises vont désormais réduire dans les prochains mois leurs relations économiques. Apple cherche en effet à réduire sa dépendance envers Samsung et faisant appel à un autre fournisseur de puces.

Ce n’est pas encore un divorce, mais ça en prend le chemin. Après s’être longtemps appuyé sur Samsung, Apple se prépare à réduire ses relations économiques avec le fabricant sud-coréen. Selon une information obtenue par Reuters, la firme de Cupertino a passé un accord avec l’entreprise taïwanaise TSMC pour élaborer les puces qui équiperont les futurs produits (smartphones et tablettes) de la marque à la pomme.

Ce nouveau partenariat ne signifie pas la fin des relations entre Samsung et Apple. Toutefois, la société américaine cherche manifestement à élargir ses fournisseurs pour palier à toute éventualité. En effet, les deux sociétés sont actuellement engagées dans une bataille judiciaire impliquant un certain nombre de brevets. Chacune accuse l’autre d’avoir copié sans autorisation certaines technologies propriétaires.

Par ailleurs, Apple et Samsung se livrent une concurrence féroce sur le terrain commercial. En effet, les deux entreprises sont rivales à la fois sur le terrain des smartphones (iPhone 3GS et 4 contre Samsung Galaxy S et 2) et sur celui des tablettes tactiles (iPad 1 et 2 contre Samsung Galaxy Tab). Ironie du sort, c’est Samsung qui fournit les puces, notamment A4 et A5, qui équipent ces matériels.

À en croire les analystes interrogés par Reuters, Apple ne va pas basculer du jour au lendemain de Samsung vers TSMC. Selon les estimations évoquées, Samsung devrait gérer encore 70-80 % de la production des puces destinées à Apple et TSMC devrait récupérer les 20-30 % restants. 7,2 milliards de dollars auraient été mobilisés par Apple dans ce but.

L’appel à un autre fournisseur pourrait être l’une des raisons expliquant le retard de l’iPhone 5. Alors que la nouvelle génération du téléphone était attendue pour cet été, elle devrait finalement n’arriver qu’en fin d’année – dans le meilleur des cas. TSMC doit en effet prendre se caler au niveau de Samsung sans pour autant calquer sa technologie, dont certains pans sont brevetés.

Une tâche qui s’annonce délicate, d’autant que Samsung a été profondément impliqué depuis le début en équipant les premiers iPhone. « Apple devrait essayer de nouveaux fournisseurs mais [Samsung et Apple] ont besoin l’un de l’autre et leur relation continuera » estime pour sa part un analyste sud-coréen. Rappelons que l’an dernier, Apple a représenté 4 % du chiffre d’affaires de Samsung.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés