Twitter prévoit de revoir certaines de ses règles portant sur le harcèlement et les menaces qui peuvent apparaître dans son service. L'annonce du réseau social survient quelques heures après la découverte d'attaques qui ont visé Zelda Williams, la fille de Robin Williams, disparu en début de semaine.

Survenue en début de semaine, la disparition de Robin Williams a donné lieu à une succession d'hommages dont certains s'avèrent pour le moins inattendus. La mémoire de l'acteur a été saluée par ses pairs, mais aussi par de nombreuses autres personnalités et le grand public, dont toute une génération a grandi avec des films comme Hook, Jumanji ou Mme Doubtfire.

Malheureusement, le décès de Robin Williams a aussi été l'occasion pour quelques internautes de laisser exprimer leur imbécilité en s'en prenant à la fille de l'acteur américain. C'est ce que raconte le Washington Post : la jeune femme a en effet été contrainte de quitter (temporairement ?) Twitter et Instagram sous la pression de certains usagers, qui l'ont blâmée pour la mort de son père.

Twitter a réagi et annoncé une révision probable de son règlement

Résultat des courses, Zelda Williams n'a plus publié depuis ce mercredi. Twitter a évidemment réagi en découvrant l'incident. Deux comptes qui s'en prenaient à la jeune femme ont été suspendus, même si ces derniers n'ont représenté qu'une infime proportion des messages qu'elle a reçus, dont la très grande majorité visait à lui présenter des condoléances et à lui témoigner de la sympathie.

"Nous ne tolérerons pas les abus de cette nature sur Twitter. Nous avons suspendu un certain nombre de compte liés à cette affaire pour violation de nos règles et nous sommes dans une étape d'évaluation sur la manière dont nous pouvons améliorer notre politique pour mieux gérer les situations tragiques comme celle-ci" a expliqué au Washington Post, Del Harvey, l'un des responsables du site.

Dans le cas de la famille Williams , le réseau social indique vouloir fournir une assistance plus efficace aux familles lorsqu'un membre du site décède. Dans ce domaine, il existe déjà une procédure de contact entre les proches du défunt et le réseau social, mais celle-ci n'avait manifestement pas prévu l'hypothèse d'un harcèlement ciblant la famille d'une célébrité ayant rendu son dernier souffle.

Un problème pas nouveau malgré des règles claires

Le harcèlement est un problème que Twitter peine à résoudre de façon pérenne. Déjà l'an dernier, une affaire avait mis en lumière les limites du réseau social face à la bêtise de certains participants. À l'époque, un petit nombre d'internautes s'étaient attaqués à une féministe britannique parce qu'elle avait participé à la sélection du visage qui figurera sur les futurs billets de 10 livres sterling.

Suite à cet épisode, le site communautaire a annoncé le déploiement d'un bouton de signalement sur ses applications Android et iOS ainsi que sur la version mobile du site web. Dans le même temps, des règles plus strictes ont été rédigées et l'équipe de modération a été étoffée afin de traiter avec plus de célérité les notifications envoyées par les usagers. Il est aussi possible de bloquer certains utilisateurs.

Aujourd'hui, le règlement de Twitter expose que les membres du réseau social ne doivent "pas diffuser ou publier de menaces directes et spécifiques de violence envers d'autres personnes", ni "s'impliquer dans des abus ciblés ou du harcèlement". En cas de violation, le site prévient que les comptes impliqués dans ces activités peuvent être suspendus et que des conséquences judiciaires peuvent survenir.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés