Suite au déferlement de messages hostiles à une féministe britannique, Twitter a entrepris un certain nombre d'initiatives pour en finir avec les comportements violents, le harcèlement et les menaces. Outre la généralisation du bouton de signalement, le réseau social a durci ses règles et compte renforcer son équipe de modération chargée de gérer les notifications des usagers.

La semaine dernière, une controverse a émergé en Grande-Bretagne lors de la présentation du nouveau billet de 10 livres sterling. En 2016, le billet actuel où figure le visage de Charles Darwin va être remplacé, avec cette fois le visage de Jane Austen. Or, l'implication d'une journaliste et féministe – Caroline Criado-Perez – dans le processus de sélection du nouveau billet a manifestement déplu à certains Anglais.

L'affaire a pris des proportions inattendues, obligeant Twitter à prendre le taureau par les cornes. Dans un premier temps, le réseau social a annoncé la généralisation du bouton de signalement, qui n'est présent que sur la version iOS de l'application mobile et la version mobile du site web. La plateforme a également rappelé l'existence de règles à respecter, en particulier celles proscrivant les menaces et les violences.

Manifestement, Twitter a considéré que ces mesures n'étaient pas suffisantes. Le site communautaire a publié un autre message ce week-end pour présenter ses nouvelles décisions. Nonobstant le calendrier propre au déploiement du bouton de signalement, Twitter a annoncé deux choses : la modification de ses règles et le renforcement de l'équipe chargée de traiter les signalements des usagers.

"Nous avons mis à jour les règles de Twitter afin de clarifier que nous ne tolérerons pas les comportements abusifs. Nous tenons à ce que les gens se sentent en sécurité sur Twitter et nous voulons que ces règles envoient un message clair à quiconque penserait qu'un tel comportement était ou pourrait être acceptable", prévient le réseau social.

Twitter a également annoncé le renforcement de l'équipe en charge de gérer les notifications envoyées par les usagers lorsqu'ils sont confrontés à des comportements illicites. Le réseau social n'a néanmoins pas précisé le nombre de personnes qui sera affecté à ce travail.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés