Netflix prévoit une capacité de 1 Térabit par seconde pour son réseau en France, ce qui représente les besoins d'un FAI de plusieurs millions d'abonnés.

Le mois dernier, nous rapportions que Netflix avait commencé à déployer son infrastructure en France en installant un point d'interconnexion dans un data center de Telehouse à Paris, qui a lui-même des accords de peering avec plus de 175 opérateurs. Tout se met progressivement en place avant l'ouverture officielle du service de vidéo à la demande sur abonnement (SVOD), qui doit avoir lieu entre septembre et décembre prochain.

Et Netflix arrive clairement avec de grandes ambitions. Dave Temkin, le directeur de l'architecture réseau et de la stratégie d'interconnexion de Netflix a en effet révélé sur Twitter que réseau américain débarquait en France avec une capacité de 1 Térabit par seconde. Le réseau sera bientôt accessible via France IX, qui dispose de huit points de présence, à Paris et à Marseille.

"Open Connect" est le nom du CDN ouvert proposé par Netflix, qui permet aux FAI de se relier au réseau du prestataire sans frais, et d'avoir dans leur propre réseau ou à proximité des serveurs de mise en cache des contenus de Netflix. Plus les contenus demandés sont répliqués dans différents serveurs du CDN, moins il y a de trafic à acheter dans un sens ou dans l'autre, et plus l'accès aux vidéos streamées est rapide. 

Selon @nkgl, capacité telle que celle prévue par Netflix en France est équivalente à celle d'un "gros FAI de 5 millions d'abonnés" :

Aux Etats-Unis, Netflix capte plus d'un tiers de la bande passante descendante, avec 34,2 % des flux en mars 2014, contre "seulement" 13,2 % pour YouTube. Les besoins en connectivité sont donc effectivement énormes, et c'est au aussi en agissant sur ce levier que le CSA espère réguler Netflix par un chantage au bridage, en permettant aux FAI de donner la priorité dans leur réseau aux sites de VOD qui respectent pleinement la législation française.

Pour contourner ces atteintes à la neutralité du net qui deviennent de plus en plus menaçantes, et ne plus avoir à céder à des chantages mafieux, Netflix songe de plus en plus à modifier son infrastructure pour utiliser des technologies P2P, beaucoup moins sensibles aux congestions.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés