Eric Schmidt a tenu à rassurer les constructeurs d'appareils utilisant Android à propos du rachat de Motorola effectué en août dernier. Pour l'ex-PDG de Google, les 17 000 brevets obtenus lors de cette acquisition serviront de bouclier contre Apple. Mais ce dernier pourrait être déterminé à aller au bout de ces procédures.

Lors d’un déplacement en Corée du Sud ce mardi, Eric Schmidt a précisé la position de Google à propos de Motorola, racheté au prix fort en août dernier. Le directeur éxécutif et ancien PDG de la firme a tenu à affirmer que le constructeur ne bénéficierait d’aucun avantage par rapport aux autres fabricants équipant leurs téléphones d’Android, le système d’exploitation mobile de Google.

« Nous avions prévenu tous nos partenaires de nos négociations avec Motorola et nous les avions rassurés sur le fait que Motorola continuerait d’être indépendant et que cela ne violerait pas l’ouverture d’Android. Nous n’allons rien changer à notre façon de fonctionner » a martelé Eric Schmidt.

Le rachat, justifié par les 17 000 brevets détenus par le constructeur, n’avait pourtant pas été très bien accueilli par le marché et semait le doute sur les intentions de Google. Pour Schmidt, ce rachat et ces brevets vont pourtant bénéficier aux autres constructeurs.

Google pourrait utiliser ce portefeuille pour contre-attaquer Apple et ses multiples procès contre HTC ou Samsung. Le rachat de Motorola servirait de barrière, ou d’arme de dissuasion, contre la firme de Cupertino qui pourrait stopper certaines procédures de peur de se faire attaquer son tour.

Mais les propos tenus par Steve Jobs dans sa biographie semblent montrer la détermination du groupe à mettre des batons dans les roues de l’OS de Google. Une telle assurance peut montrer qu’Apple a la conscience tranquille et ne s’arrêtera pas devant ces manœuvres.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés