Numericable va lancer le 19 septembre prochain une option dans le cadre de la révolution du mobile promise en mai dernier. Pour dix euros supplémentaires, les abonnés pourront téléphoner en illimité vers les fixes de plus de cent pays. Une option qui couvre également les mobiles de certains pays. Agacé par la tournure des évènements, Free a choisi de s'attaquer à la stratégie commerciale de Numericable.

Plus de trois mois après avoir organisé le buzz autour de la révolution du mobile, Numericable continue de prendre à revers ses concurrents avec des offres particulièrement agressives. Le câblo-opérateur, qui avait déjà dégainé en mai dernier avec un forfait à 24,90 euros pour ses clients, comprenant les appels illimités vers les fixes et les portables, les SMS illimités et 500 Mo en data 3G, se prépare à nouveau à faire feu : les appels illimités vers l’étranger.

Avec cette nouvelle offre, Numericable veut justifier sa volonté de révolutionner la téléphonie mobile. Comment ? En donnant la possibilité à ses clients de joindre en illimité les fixes de plus de cent pays, grâce à une option facturée 10 euros par mois. Celle-ci, disponible à partir du 19 septembre, viendra se greffer au forfait de base proposé aux abonnés, pour un prix mensuel final de 34,90 euros.

« Aux États-Unis, pour appeler d’un mobile à un mobile en illimité c’est 70 dollars. […] Ça va coûter moins cher d’appeler les États-Unis depuis la France que d’être là-bas » s’enthousiasme un cadre de Numericable, interrogé par Le Figaro. Mieux encore : cette offre couvrira également les téléphones portables américains, canadiens et chinois, grâce à des accords passés avec des opérateurs locaux comme Verizon, Cable & Wireless ou Telefónica.

Numericable ignore les menaces de Free

La révolution du mobile promise par Numericable séduira-t-elle les consommateurs. C’est à voir. En tout cas, elle agace profondément Free. Le fournisseur d’accès à Internet doit en effet lancer, vraisemblablement au début de l’année 2012, une offre commerciale dans ce secteur. Or, l’opérateur n’apprécie pas beaucoup le fait que Numericable s’attribue le rôle de chevalier blanc du mobile. C’est un rôle que le FAI veut avoir.

Preuve en est, Free a déclenché les hostilités en envoyant un courrier d’avocat aux responsables de la campagne de communication sur la révolution mobile. Selon le conseil juridique, « depuis des années […], Free est régulièrement synonyme de révolution« . Autrement dit, personne d’autre ne peut se prévaloir de révolutionner le secteur des télécommunications. Un avertissement qui contribuera cependant à l’essor du buzz.

Reste à savoir si Numericable tiendra bon. L’ire de Free s’est traduite par une assignation en justice devant le tribunal de commerce de Paris. Le trublion des télécoms juge que la communication du câblo-opérateur constitue un préjudice, « par le détournement de son image et l’affaiblissement de ses propres efforts publicitaires et commerciaux » selon la synthèse de l’assignation consultée par PC Inpact.

Free réclame en conséquence 10 millions d’euros de dommages et intérêts. Une moitié pour le détournement d’image, une autre pour l’affaiblissement des efforts publicitaires du groupe.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés