L'an prochain, Nintendo lancera sa dernière console portable, la 3DS. Si la firme japonaise a longtemps dominé le marché du jeu vidéo dans ce secteur, elle doit désormais affronter Apple et ses appareils mobiles. Au point de considérer la firme américaine comme sa plus grande menace.

Le danger n’est pas toujours là où l’on croit. Alors que Microsoft et Sony ont décidé d’empiéter sur les plates-bandes de Nintendo en commercialisant des contrôleurs sans-fil à reconnaissance de mouvement (Kinect pour le premier, Move pour le second), la firme japonaise s’est confiée à Forbes pour réaffirmer que son principal défi est la montée en puissance d’Apple dans le domaine du jeu vidéo.

« C’est une question de temps. Je suis en compétition avec Zynga, je suis en compétition avec le surf sur Internet, je suis en compétition avec les journaux » a lâché le président de la branche américaine de Nintendo, Reggie Fils-Aime. « Est-ce que je pense qu’à court-terme, ils (Apple, ndlr) peuvent nous faire plus de mal que Microsoft ? Absolument« .

Ce printemps, Reggie Fils-Aime semblait beaucoup plus confiant à l’idée d’entrer en concurrence avec Apple. Osant la comparaison culinaire, il avait expliqué que l’expérience de jeu offerte par les deux entreprises n’avait rien à voir. « si nos jeux vont de la petite collation rapide au repas complet, ceux d’Apple ne représentent même pas une bouchée« .

Depuis, plusieurs démonstrations techniques ont révélé les capacités impressionnantes de l’iPhone et de l’iPad. En septembre dernier, Epic Games a adapté le moteur de jeu Unreal Engine pour le rendre compatible avec l’iOS. Alors que la Nintendo 3DS doit être commercialisée au printemps 2011, le vice-président d’Epic Games a estimé que la firme japonaise avait définitivement un train de retard. Le seul effet 3D sans lunettes suffira-t-il à Nintendo pour conserver son leadership ?

Depuis quelques mois, Apple a amorcé une réorientation de sa stratégie vers les applications mobiles au détriment du secteur musical, que l’entreprise domine depuis plusieurs années. Un analyste avait alors estimé que les opportunités de la firme de Cupertino résidaient désormais du côté des applications et des jeux vidéo, même si la compétition sera indéniablement plus difficile au regard de la concurrence déjà en place.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés