Après avoir conquis le marché de la musique en ligne, Apple louche fortement sur le secteur des applications mobiles et des jeux vidéo. Un intérêt qui suscite la méfiance chez les acteurs déjà établis comme Sony et Nintendo, mais qui ne voient pas encore l'entreprise américaine comme une menace. Pour Nintendo en tout cas, l'expérience utilisateur fera la différence.

C’est un glissement de stratégie qui fut perceptible dès l’année dernière. Alors qu’Apple a retrouvé un second souffle grâce au formidable succès de sa plate-forme légale de téléchargement de musique numérique, la firme de Cupertino a initié un changement de cap pour se focaliser sur un tout autre secteur : les jeux vidéo et les applications. C’était l’analyse de Charles Wolf, de Needham. « L’avenir stratégique d’Apple est lié à l’App Store. La musique n’a plus une importance stratégique pour l’entreprise« . Au grand regret des maisons de disques, évidemment.

Il faut dire qu’avec une position ultra-dominante dans le secteur de la vente de fichiers musicaux et dans le domaine des baladeurs multimédias, la conquête de nouvelles parts de marché est de plus en plus délicate. L’année dernière, Business Week estimait la part d’Apple dans ces domaines de 90 et 75 % respectivement.

D’ailleurs, la dernière keynote soulignait cette tendance : comme nous l’écrivions alors, Steve Jobs s’est efforcé de mettre l’accent sur les possibilités de jeu de l’iPod Touch et les nouvelles fonctionnalités vidéo de l’iPod Nano. Et la toute récente sortie de l’iPad est une démonstration supplémentaire du nouvel objectif d’Apple.

Mais alors qu’Apple bénéficiait d’un véritable boulevard lorsque la société mis en place son iTunes Store (à l’époque, en 2003, le marché de la musique en ligne était encore embryonnaire), la conquête du secteur du divertissement nomade sera beaucoup moins évidente. Et pour cause, dans ce domaine la firme de Cupertino va devoir faire face à des acteurs très bien établis, comme Sony avec sa PSP ou Nintendo et sa fameuse DS.

À l’occasion du lancement d’un nouveau modèle de Nintendo DS, la DSi XL, sur le sol américain, Kotaku a souhaité recueillir les impressions de Reggie Fils-Aime, le président de Nintendo USA, sur l’impact qu’ont l’iPhone et l’iPod Touch sur le business de la société japonaise. Car dans le domaine des consoles portables, Nintendo fait la course en tête même si sa position de leader en fait paradoxalement une cible de choix.

Apple « n’a aucun impact sur nos résultats financiers, nos volumes de vente, notre matériel et nos logiciels » a-t-il affirmé. « J’ai eu connaissance de données qui laissent entendre que, si les consommateurs téléchargent régulièrement des applications, ils n’y jouent que quelques fois pour passer ensuite à autre chose. Apparemment, leur plate-forme n’est pas vraiment viable et profitable pour le jeu vidéo, parce qu’il y a énormément de jeux gratuits par rapport à ceux qui sont payants« .

Et Reggie Fils-Aime de se lancer dans une comparaison culinaire osée pour bien souligner la différence entre Nintendo et Apple en matière d’expérience de jeu : « si nos jeux vont de la petite collation rapide au repas complet, ceux d’Apple ne représentent même pas une bouchée en matière d’expérience« .

Reste que si pour l’heure, Apple n’avait pas encore d’écran digne de ce nom pour proposer une expérience digne de ce nom, la donne risque de changer avec l’iPad. Et avec 450 000 appareils écoulés ces derniers jours, Apple va manifestement au devant d’un immense succès.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés