Alors qu'Apple se détourne progressivement de la musique pour s'intéresser à d'autres secteurs, comme les jeux ou les applications, l'industrie du disque s'en émeut. Forcément, iTunes est responsable de 90 % des ventes de musiques numériques sur le continent nord-américain et 75 % des ventes de baladeurs multimédias. Sauf que dans ce cas, il vaudrait mieux ne pas titiller Apple en réclamant une nouvelle taxe sur les extraits audio...

« Its only rock and roll, but we like it« . Tel était le crédo d’Apple lors de la dernière keynote de l’entreprise le 9 septembre dernier, véritable grand-messe pour tous les passionnés de la firme de Cupertino. Si beaucoup étaient finalement venus pour guetter l’apparition tant attendue d’un Steve Jobs convalescent, l’évènement fut surtout l’occasion pour l’entreprise de présenter de nouveaux produits dans ses différentes gammes : iPod Classic, iPod Nano, iPod Touch et iPod Shuffle

À première vue, le message était clair : Apple continuerait de faire de la musique le coeur de sa stratégie. « Comme vous, nous aimons la musique » avait ainsi déclaré Steve Jobs. Or, si le retour d’Apple s’est effectivement construit sur la lame de fond qu’a constitué l’arrivée de la gamme iPod sur le marché des baladeurs numériques, il semblerait que ce secteur soit désormais moins crucial pour la bonne santé de l’entreprise.

« L’avenir stratégique d’Apple est lié à l’App Store. La musique n’a plus une importance stratégique pour l’entreprise » explique Charles Wolf, de Needham. « C’est incontestable« . Il faut dire que la croissance d’Apple dans ce secteur va être de plus en plus difficile. Comment croitre encore alors que la société domine largement le marché nord-américain ? Selon BusinessWeek, Apple est la première boutique musicale mondiale, après avoir dépassé Wal-Mart l’année dernière. 90 % des fichiers musicaux numériques et 75 % des lecteurs de musique sont vendus par cette même entreprise.

Pour l’analyste, la dernière keynote d’Apple est très révélatrice : Steve Jobs a passé plus de temps à montrer les possibilités de jeu de l’iPod Touch et les nouvelles fonctionnalités vidéo de l’iPod Nano. Et de conclure que le nouveau secteur stratégique d’Apple sera les milliers de logiciels, les « Apps », téléchargeables depuis l’App Store. Or, évidemment les maisons de disque s’inquiètent sans doute légitimement de voir le principal acteur de ce marché se détourner quelque peu du secteur musical. D’autant que les ayants droit cherchent à compenser la baisse des ventes de CD dans le commerce par l’amélioration de l’offre numérique légale.

« Notre plus grosse inquiétude serait qu’Apple se repose sur ses lauriers en matière de musique » a glissé un responsable d’une maison de disque. Sans doute. Mais dans ce cas, peut-être serait-il judicieux de ne pas braquer l’entreprise en exigeant une nouvelle taxe sur les extraits de 30 secondes l’iTunes Store… extraits qui sont justement là pour inciter le consommateur à consommer. Ou alors, il ne faut pas s’étonner qu’Apple s’intéresse désormais aux jeux et aux applications.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés