En conflit judiciaire avec Apple, Qualcomm réfléchit à lancer une action plus radicale. Le fournisseur de puces pourrait saisir une agence fédérale spéciale pour tenter d'obtenir le blocage de la vente de l'iPhone aux USA, y compris le modèle célébrant les dix ans de la gamme.

Dans son conflit contre Apple, Qualcomm est sur le point de sortir l’artillerie lourde. En effet, l’équipementier américain a dans l’idée de lancer une procédure auprès de la commission internationale du commerce (International Trade Commission, ITC) pour obtenir l’interdiction de l’import de l’iPhone aux États-Unis, celui-ci étant fabriqué et assemblé en Asie.

Si l’ITC tranchait en faveur de Qualcomm, ce serait un terrible coup dur pour la firme de Cupertino, le marché américain étant de toute première importance. D’autant que cette interdiction de commercialiser l’iPhone outre-Atlantique arriverait au pire des moments puisque Apple entend commercialiser une édition spéciale de son terminal pour fêter les dix ans du produit.

qualcomm
CC Isaac Kohane

Évidemment, on n’en est pas encore là. Le scénario rêvé de Qualcomm pour tordre le bras de son opposant va devoir franchir une série d’obstacles procéduraux dont on peut être sûr qu’Apple va tout faire pour les rendre insurmontables. Et avant tout cela, il va falloir que Qualcomm formalise son action en déposant effectivement un recours auprès de l’agence fédérale.

Mais peut-être que Qualcomm cherche simplement à mettre la pression sur Apple et à le forcer à revenir à la table des négociations et trouver un arrangement à l’amiable qui éviterait d’une part de saisir l’ITC et réglerait d’autre part les plaintes croisées que se sont lancées à la figure les deux entreprises. C’est peut-être dans ce but que cette menace de l’ITC a fuité via une personne au courant des plans de Qualcomm.

Rappelons que les divergences initiales entre les deux sociétés tirent leur origine sur une mésentente certains brevets et les redevances à verser.

L’iPhone 7, modèle le plus récent de la gamme.

D’après Qualcomm, rien que pour ce trimestre, son manque à gagner s’élèverait à 500 millions de dollars du fait du refus de la firme de Cupertino de verser les royalties dus dans le cadre des accords de licence qui ont été signés. Et si ce blocage perdure toute l’année, ce serait près d’un tiers des revenus venant des licences qui disparaitrait. Ce qui explique pourquoi Qualcomm envisage de saisir l’ITC.

Alors que les finances de Qualcomm pâtissent déjà de la dégradation avancée des liens commerciaux avec Apple, le patron du géant américain de l’électronique grand public a fait entendre une toute autre musique lors de la conférence audio dédié aux derniers résultats trimestriels du groupe. Selon lui, Qualcomm n’aurait pas proposé un prix convenable, ce qui a débouché sur cette situation de crise.

Partager sur les réseaux sociaux