Le service de streaming d'Apple vient de franchir la barre des 20 millions d'abonnés. Ses dirigeants ne comptent pas s'arrêter en si bon chemin pour rattraper Spotify et ses 40 millions d'utilisateurs.

Parti de rien, à l’exception d’une clientèle fidèle, en juin 2015, Apple a depuis réussi à devenir le second plus important acteur du streaming musical avec aujourd’hui 20 millions d’abonnées. Soit trois millions de plus qu’en septembre, lorsqu’il en revendiquait déjà 17 millions.

En plus de dévoiler ses derniers résultats, Apple explique que plus de 60 % des abonnés de son service n’ont acheté aucun contenu sur l’iTunes Music Store durant les douze derniers mois, démontrant ainsi que la majorité de ses utilisateurs sont des nouveaux clients des contenus Apple.

La plateforme de streaming est désormais disponible dans 100 pays et compte déjà 50 % d’abonnés hors des États-Unis. Les plus grands marchés de la firme de Cupertino se situent ainsi au Canada, en Chine, en Russie ou encore en Inde.

Apple est convaincu de l’efficacité de son système d’exclusivité

Eddy Cue, vice-président des service et logiciels d’Apple, explique à Billboard que cette réussite tient à une année chargée en nouveautés et en exclusivités. Avec le lancement de Views de Drake, puis de Blonde de Frank Ocean, mais également de Major Key de DJ Khaled, Apple a réussi à retenir des exclusivités qui ont ensuite trôné en haut des charts internationaux. Cue ajoute : « C’était génial de voir que nous pouvions porter la passion des artistes jusqu’à la première place. Chance The Rapper, que nous avons diffusé en exclusivité sur Apple Music, a atterri dans le top 10, et il me semble que c’est une première.  »

Malgré les critiques sur cette pratique, Apple continuera ses exclusivités quand cela s’imposera à ses yeux : « Cela fonctionne bien pour toutes les parties concernées, c’est bon pour le label, pour l’artiste et pour nous. »

apple_music_software

Malgré cette belle croissance, Apple reste toujours loin derrière Spotify et ses 40 millions d’abonnés. « Nous en voulons toujours plus et aller encore plus vite — nous sommes affamés !   » conclut Eddy Cue.

Partager sur les réseaux sociaux