La réalité virtuelle pourrait être l'avenir de la TV. C'est en tout cas le pari de Canal+ d'après sa dernière annonce.

Canal+ a décidé de se lancer dans la réalité virtuelle et les contenus multimédia à 360 degrés. C’est ce que nous apprend son communiqué de presse à propos de l’évolution de myCANAL. Un pari osé avec une technologie qui n’en est encore qu’à ses débuts, qui marque aussi le besoin du groupe Canal+ de faire l’actualité.

Il sera donc possible, dès le mois de mars, de regarder des émissions en réalité virtuelle sur le portail MyCanal. Les volontaires pourront profiter de cette innovation depuis un écran de 5 à 6 pouces ou une tablette. Pour améliorer l’impression d’immersion, il vous suffira d’avoir sur la tête un appareillage en carton (Google Cardboard ou découpage à la main) ou une version plastique plus évoluée (Samsung Gear VR). En échange de ce confort précaire, il vous sera possible de profiter des coulisses des émissions, ou d’un strapontin dans les loges d’un match de football ou de rugby.

La réalité virtuelle n’a toutefois qu’un intérêt limité pour la télévision linéaire. À moins d’un énorme saut technologique que nous réserverait le groupe à la chaîne cryptée, l’initiative devrait plus certainement se résumer à un feu de paille et des budgets engloutis inutilement par manque de bonne lecture des possibilités technologiques.

l’avenir de la réalité virtuelle est-il dans la TV ?

L’utilisation pertinente de la réalité virtuelle et la réalité augmentée ressemble en effet davantage à ce que devrait proposer Magic Leap, une entreprise financée entre autres par Google et Alibaba entre autres. Ou Microsoft avec son HoloLens. L’usage devrait se focaliser sur les besoins individuels au travers d’un assistant de visualisation (des lunettes). Mais pour ce qui est de l’utilisation de la VR pour participer à distance à des événements, l’intérêt pour être équivalent à celui de la 3D au cinéma : un artifice amusant à tester, mais qui lasse rapidement.

D’un point de vue technique, la réalité virtuelle appliquée à un contenu vidéo nécessite un tournage spécifique. Deux techniques sont possibles : une scène tournée avec un grand angle  « face avant » et « face arrière » (les deux étant ensuite combinées), ou une scène tournée avec une caméra 360°. Les coûts de production sont néanmoins très élevés et la qualité n’est pas encore au rendez-vous malgré la bonne surprise qu’est le film « I, Philip » co-produite par Arte Creative.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés