En septembre dernier, la marque Smart en a surpris plus d’un, en présentant son concept de SUV urbain. Le nom « #1 », que l’on pensait n’être alors qu’un surnom temporaire, est désormais officiel. Mais pourquoi ce choix ?

En nommant son modèle « #1 », Smart semble vouloir faire table rase du passé et de son iconique smart ForTwo, avec sa déclinaison smart EQ. Un choix qui interpelle. Ce modèle n’est pas la première Smart, ni la première Smart électrique, puisque la marque a déjà basculé tout son catalogue en 100 % électrique depuis 2019… Alors, d’où vient cette volonté de changer les appellations avec ce modèle ?

On pourrait croire que la marque suit une tendance initiée par quelques constructeurs comme Volkswagen (avec sa gamme id.) ou Kia (avec ses « EV »). Mais ce nouveau nom doit surtout marquer le renouveau de la marque dans son association avec le chinois Geely.

Le nom de ce nouveau modèle est aussi influencé par le succès des hashtags sur les réseaux sociaux. La nouvelle smart #1 se voudrait au top de la tendance et de l’influence.

Un clin d’œil aussi à l’effet buzz des hashtags

M. Daniel Lescow, vice-président des ventes, du marketing et de l’après-vente monde de smart Automobile, explique ce choix par ces mots dans le communiqué de Smart : « Premier né des produits lancés sur le marché après le renouvellement de la marque, la smart #1 représente l’union parfaite entre une technologie de motorisation électrique et une image de marque d’excellence. Je suis convaincu que la smart #1 remportera un très vif succès auprès de ses futurs clients, en Chine comme en Europe, faisant émerger de nouvelles tendances de mobilité urbaine et rehaussant l’image de marque de tous ceux qui auront contribué à son avènement sur chacun de ses marchés.»

smart_1-3
smart #1 en test hivernal // Source : smart

Une fausse bonne idée ?

Si d’apparence, le nom peut sembler logique, parce qu’il est le premier modèle d’une nouvelle ère, il rejoint pour nous la série d’appellations qui auraient pu mériter une réflexion plus poussée au sein des équipes internationales.

Le #1 ne devrait pas souffrir d’immenses sarcasmes, comme c’est le cas pour la gamme « e-tron » (étron pour les mauvais esprits) d’Audi en France, mais le modèle ne va pas faciliter la vie des clients et des vendeurs. Comment prononcer le nom du modèle et le faire comprendre à leur interlocuteur : « Smart 1 », « smart dièse 1 », « hashtag 1 », « hash 1 » ? Et d’ailleurs, on dit « un » ou « one » en France ? Les possibilités sont un peu trop nombreuses pour ne pas risquer de créer un peu de confusion.

smart_1
smart #1 en test hivernal // Source : smart

Nous avons aussi une pensée compatissante pour les agences de référencement et de veille, qui vont devoir travailler sur ce modèle. Smart #1 ne leur facilite clairement pas le boulot, car derrière ce nom se cache de vraies difficultés techniques dans ces métiers du numérique. C’est même une vraie peau de banane.

Au-delà du nom, quelques infos sur le modèle Smart #1

Si l’on parle aujourd’hui des Smart #1, c’est parce que les tests en conditions réelles ont avancé. Les prototypes ont été testées au Nord de la Chine dans des conditions hivernales, atteignant les -40°, pour vérifier l’endurance du modèle et son efficience, peu importe les conditions. C’est un des passages obligés dans le développement de tous les véhicules.

smart_1-2
smart #1 en soufflerie // Source : smart

Ce que l’on sait actuellement du modèle, c’est qu’il s’agit d’un SUV urbain électrique de 4.29 m, l’équivalent d’un Peugeot e-2008 en longueur par exemple. Son  coefficient de pénétration de l’air (Cx) est donné pour 0.29, ce qui est identique à la nouvelle Megane e-Tech, et plutôt une bonne base pour un petit SUV. La plateforme vient du partenaire chinois Geely, même si le design est signé par les équipes Mercedes-Benz. Le modèle sera fabriqué en Chine. Son lancement commercial en Europe doit avoir lieu cette année.