Renault a dévoilé une Mégane 100 % électrique, un modèle susceptible de devenir phare en suivant les traces de la Zoé.

Quand on pense à Renault, on entrevoit deux voitures iconiques : la Clio et la Mégane. Mais sur le segment de la mobilité 100 % électrique, la firme française n’a longtemps eu d’yeux que pour la Zoé. Cela va changer. Dans un communiqué publié le 6 septembre à l’occasion du salon IAA Mobility organisé à Munich, elle présente la Mégane E-TECH — déclinaison 100 % électrique de sa berline compacte. Les premières livraisons sont attendues pour 2022.

Renault la décrit volontiers comme la Mégane de demain. Elle est en tout cas basée sur une plateforme de développement inédite, baptisée CMF-EV. Pour la partie logicielle, Renault a frappé à la porte de Google, qui fournit la base Android Automotive OS sur laquelle vient se greffer la surcouche maison OpenR Link. Une philosophie qui rappelle celle de Volvo et qui promet de retrouver des services comme Google Maps, Google Play ou encore Google Assistant.

La Mégane 100 % électrique est-elle séduisante ?

D’extérieure, la Mégane 100 % électrique ressemble… à une Mégane modernisée (le bouclier sculpté est très joli, tout comme la signature lumineuse valorisante). Renault a concentré ses efforts sur l’intérieur, avec une grande surface d’affichage épousant la forme d’un L renversé. Elle réunit deux écrans : le tableau de bord s’épanouit sur 12,3 pouces (1920 x 720 pixels, format paysage) tandis que l’infodivertissement offre jusqu’à 12 pouces (1250 x 1562 pixels, format portrait). En termes d’ergonomie, Google oblige, Renault promet une expérience proche d’un smartphone.

La Mégane E-TECH soigne tellement l’habitacle qu’elle promet un effet cocon acoustique, grâce à une technologie brevetée. Celle-ci consiste à ajouter une couche de mousse amortissante entre le plancher et la batterie pour mieux isoler les sons extérieurs. Son apport se ferait ressentir dès 30 km/h selon Renault. De quoi mieux profiter du système son Harman Kardon accessible sur les versions les plus chères (9 canaux en tout). À cela s’ajoutent des matériaux comme à la maison et une ambiance lumineuse travaillée (elle change toutes les 30 minutes).

Renault Mégane E-Tech // Source : Renault

Renault ose évoquer «  la GTI des véhicules électriques » au moment de décrire cette Mégane dotée d’un moteur nouvelle génération. Elle est pourtant loin d’être une voiture très rapide, avec un 0 à 100 km/h abattu en 7,4 secondes sur la version la plus puissante (130 ou 218 chevaux, en équivalence) pour une vitesse de pointe limitée à 160 km/h. Par ailleurs, si Renault vante l’utilisation d’une batterie ultra fine — la plus fine du marché –, l’autonomie n’atteint pas des sommets non plus : 470 kilomètres au maximum pour la version 60 kWh (norme WLTP), et 300 kilomètres pour l’entrée de gamme (40 kWh).

À noter enfin qu’il sera possible d’équiper la Mégane avec plusieurs aides à la conduite (26 en tout). Renault garantit même de la conduite autonome de niveau 2 par l’intermédiaire du Active Driver Assist, qui associe le régulateur de vitesse adaptatif et le centrage dans la voie pour lâcher — un peu — prise quand les conditions le permettent.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo