Plébiscité par les familles et les amateurs de loisirs de plein air pour sa polyvalence, le ludospace, à l’image du nouveau Citroën ë-Berlingo, s’est créé une place à part chez certains automobilistes. Voyons alors ce qu’une motorisation 100 % électrique apporte de nouveau à ces modèles si pratiques au quotidien.

Disponible jusqu’à présent dans des versions thermiques essence ou diesel, le Berlingo est désormais commercialisé également avec une motorisation 100 % électrique sous le nom ë-Berlingo. Il se décline aussi en version utilitaire sous l’appellation ë-Berlingo Van.

Il est équipé du groupe motopropulseur que l’on commence à bien connaître chez Citroën, avec sa batterie de 50 kWh et son moteur électrique d’une puissance de 100 kW (136 ch), qui est commun à tous les modèles électriques de la marque aux chevrons.

Le nouveau Citroën ë-Berlingo (2021). // Source : Citroën

Mais au fait, c’est quoi un ludospace ?

On a souvent croisé ce type de carrosserie sur différents modèles sans forcément savoir qu’ils appartiennent à la catégorie des ludospaces.

La notion de ludospace apparaît avec le premier Citroën Berlingo, en 1996. Son nom est la contraction des mots « ludique » et « monospace », pour véhiculer cet esprit d’espace utile et de loisir qui reste encore à ce jour le motif d’achat d’un véhicule comme le nouveau Citroën ë-Berlingo. Depuis, la folie des monospaces a été remplacée par celle des SUV, mais le ludospace a conservé son nom et sa philosophie première.

L’utilitaire au service des familles

Derrière cette appellation de ludospace se cache surtout un véhicule utilitaire transformé pour accueillir les familles, avec 5 ou même 7 places en fonction de la configuration choisie. Volume et modularité sont les maîtres-mots de ces modèles, qui profitent également d’une bonne luminosité grâce à l’ajout de nombreuses surfaces vitrées.

Le nouveau Citroën ë-Berlingo (2021) est un véhicule qui mise sur sa praticité. // Source : Citroën

Le ludospace répond aux besoins des clients qui recherchent avant tout un véhicule polyvalent pour le transport de personnes ou d’objets en tous genres, ou la combinaison des deux. De par son approche de véhicule utilitaire pour particulier, le ludospace ne mise pas spécialement sur son esthétique. Mais il le compense par ses aspects pratiques, et c’est pour cela qu’il est apprécié.

Ce segment de l’automobile vise à satisfaire les clients qui ne se retrouvent ni dans les monospaces, ni dans les SUV.

Une habitabilité sans compromis même en électrique

Le nouveau Citroën ë-Berlingo est disponible en deux longueurs avec, au choix : la version courte (dite “M”) de 4,40 m et la version longue (“XL”) de 4,75 m. Dans les deux cas, le véhicule conserve une hauteur maximum de 1.90 m, ce qui lui permet un accès dans tous les parkings des villes.

La déclinaison XL est l’une des plus généreuses de la catégorie avec un coffre de 1 050 litres, une capacité de chargement allant jusqu’à 3.05 m de long, et même plus de 4 000 litres de chargement, en escamotant les banquettes pour former un plancher plat. De quoi transporter ponctuellement des objets lourds et encombrants, ou plus simplement tous les instruments de musique d’un groupe de rock, ou les cartons de plusieurs grandes bibliothèques d’une enseigne d’ameublement scandinave. En bref, un véhicule qui s’adapte à toutes les activités de la famille et qui offre la même habitabilité que sa version à moteur thermique. Citroën a également intégré à ce nouveau ë-Berlingo de nombreux rangements intérieurs. On trouve jusqu’à 186 litres de rangements dispatchés à bord du véhicule avec, notamment, un astucieux rangement sous le pavillon du toit.

L’agrément de l’électrique en plus

Il n’y a pas de différence entre électrique (ë-Berlingo) et thermique (Berlingo) au niveau de l’habitabilité ou de l’équipement technologique. Les différences esthétiques se limitent à quelques badges « ë » supplémentaires et quelques touches de bleu anodisé sur le pare-choc et les Airbump .

Le vrai changement est perçu une fois les mains posées sur le volant du nouveau Citroën ë-Berlingo. Des accélérations linéaires et un couple plus élevé disponible en permanence sont les premiers aspects appréciables de la conduite de la motorisation électrique. Mais surtout, vous ne subirez plus les à-coups aux changements de rapport et les vibrations du moteur thermique : le nouveau Citroën ë-Berlingo offre une conduite plus fluide et silencieuse. Sur un ludospace, qui a une conception plus proche de l’utilitaire que du SUV tout confort, le changement est flagrant.

Entre le Berlingo thermique et le ë-Berlingo, rien ne change au niveau des équipements ou du design. La conduite est en revanche complètement différente. // Source : Citroën

Le nouveau Citroën ë-Berlingo est un caméléon qui s’adapte d’un jour à l’autre à différents usages. Il offre une autonomie de 280 km (cycle WLTP), ce qui lui permet déjà de répondre à de nombreux besoins d’une clientèle vivant majoritairement en maison individuelle, avec des possibilités de recharge à domicile.

Surtout, il permet des économies grâce à un coût à l’usage bien moins élevé que celui d’un véhicule thermique, avec une consommation électrique moyenne de 18 kWh /100 km, soit 3 € aux 100 km et des frais d’entretien réduits en moyenne de 30 %.

Le nouveau Citroën ë-Berlingo, à partir de 35 300 euros

Le nouveau Citroën ë-Berlingo permet aux acquéreurs de maîtriser plus facilement leur budget tout en agissant activement sur leur impact environnemental — une préoccupation souvent forte de la clientèle des ludospaces — et en profitant d’un véhicule pratique et polyvalent.

Citroën ë-Berlingo se décline en 4 finitions (Live, Feel, Feel pack, Shine), disponibles dès à présent auprès de votre concession Citroën à partir de 35 300 € (avant bonus).

Partager sur les réseaux sociaux